22 janvier 2008

LE CHASSEUR IMMOBILE : poiétique

Il a couru tant d'années le chasseur, tant d'années Et le voici, sans bouger, au bord du précipice Seul face à la mer immense Face au ciel, à ses navires de nuages à l'infini Il est seul. Il a laissé dans un temps hors du temps Sa nostalgie. Et tant d'espoirs, de tentations, mais sa fierté jamais. Il regarde le ciel, la mer, tout est neuf, inchangé Et tout en bas, au fond du gouffre immesurable Une douce plage de mousse, des baies rouges en éventail. "Sauterai-je?" - Il hésite, il souppèse. ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2008

UN TRAGIQUE MODERNE : philothérapie

Approdondissons. La théorie freudienne puis lacanienne, et leur pratique correspondante, ont creusé jusquà l'absurde le fossé entre l'individu et tous les éléments d'attache qui pouvaient le situer dans un univers sensé. D'une certaine manière cela correspond à un souci thérapeutique légitime : le patient souffre d'avoir été élevé autoritairement dans une église qu'il n' a pas choisie, dans une culture, une tradition, des rites, des coutumes, des usages qui lui ont été tous plus ou moins directement imposés. Il n' a pas choisi ses... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2008

L' ESPRIT DU TRAGIQUE

Je viens enfin de comprendre quelque chose d'absolument essentiel si l'on veut saisir la défférence de sensibilité métaphysique entre les Grecs et les Modernes face à la vie et la mort. Je suis en train de lire les "Consolations à Appolonios" de Plutarque qui cherche à consoler son ami de la mort de son fils bien-aimé. Le Grec vit constamment dans la sensation d'une présence immanente dans le cosmos, comme si tout en étant une personnalité distincte, séparée, intègre et singulière, il n'en restait pas moins attaché, par une... [Lire la suite]
20 janvier 2008

L'ESPRIT DU TRAGIQUE (suite) : philothérapie

Comment pourrions-nous retrouver le sentiment d'appartenance planétaire et cosmique dont j' ai dit qu'il était naturel aux Grecs et aux Bouddhistes? Evidemment deux millénaires se sont écoulés, la science a rompu le lien naturel avec le cosmos, et la religion monothéiste a définitivement coupé l'homme de sa "nature orginelle. En conséquence le divorce est radical, ou du moins semble tel. Mais les choses changent depuis quelque temps. L'appartenance ne peut plus être naturelle, mais elle peut se réaliser de manière nouvelle par... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 19:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2008

L'ESPRIT DU TRAGIQUE (suite2) : philothérapie

Il est bien évident qu'une telle révolution mentale exige de toutes autres images et symboles que ceux qui ont eu cours par le passé. Mais on peut trouver dans la tradition de très beaux textes qui nous permettraient peut-être de ranimer un sentiment originel, qui a bien existé quand nous étions enfants,  avant d'être formés rationnellemnt par la science, par lequel nous pourrions retrouver notre originelle appartenance au vent, aux saisons, à la pluie, à l'air des cimes, à la furie de l'orage et aux délices parfumés du... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2008

DU FANTASME : philothérapie

Le fantasme occupe une place extrèmement importante dans la vie psychique, et par extension dans la vie tout court. C'était une découverte centrale de Freud. Par la suite, sous l'influence de Lacan, on a cru y trouver le secret ultime de l'inconscient. Pour avoir très sérieusement vécu et expérimenté la chose je me crois autorisé à apporter mes propres lumières (ou lueurs) sur la question. Ma thèse sera que si la mise à jour du fantasme inconscient est un moment absolument crucial de la découverte psychique, elle n'en est pas pour... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2008

Du FANTASME (suite) : philothérapie

On comprendra qu'en toute rigueur logique une analyse correctement menée doit déboucher sur la découverte du fantasme inconscient. A partir de là une vraie connaissance de la vie psychique est possible. Le sujet peut enfin découvrir ses intérêts existentiels véritables, ses désirs profonds, ses terreurs secrètes, bref la pierre de touche de son existence. Voilà pour la théorie. Dans la pratique c'est moins simple. La plupart des clients s'enfuient dès qu'ils sentent une légère amélioration. Leur projet n'était que thérapeutique,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2008

DU FANTASME (suite2) : philothérapie

Je n'ai pas assez insisté, dans les deux articles précédents sur la fonction psychique du fantasme. Pour bien comprendre il faut se mettre dans la peau du bébé qui est confronté à l'incompréhensible et qui n' a pas encore les moyens intellectuels de déchiffrer les énigmes de l'existence. Il va créer de toutes pièces des fantaisies explicatives en guise de réponse, et ces construtions pourtant saugrenues et irrationnelles peuvent demeurer très longtemps présentes, voir indéracinables, malgré l'accès plus tardif à la connaissance... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2008

DU FANTASME (suite3) : philothérapie

En commençant cette série de réflexions je soutenais une thèse, que voici : la découverte puis la traversée du fantasme ne représente pas un aboutissement vivable et satisfaisant de la cure analytique. Je n'ai rencontré que trop de gens qui après cette épreuve se sont retrouvés complètement désarticulés, hagards, erratiques et déboussolés. Le fantasme est un terrible conditionnement fondateur qui condamne le sjjet à la répétition indéfinie des mêmes pensées et des mêmes comportements. Rien de plus aliénant, c'est entendu. En... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2008

DIVINE VOLUPTE

On sait que la dépression, quand elle est sévère, s'accompagne presque toujours d'une perte quasi totale de l'expérience du plaisir : dégoût alimentaire, sensations perpétuelles de douleurs erratiques dans le corps, intolérance au bruit, à la musique, au changement, au contact physique, à la promiscuité, retrait social allant jusqu'à la réclusion volontaire, inappétence sexuelle voir impuissance ou frigidité. Les psychiatres appellent cela l'anhédonie, du grec hédonè, le plaisir, donc absence de plaisir. Pour la sexualité on parle... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]