06 novembre 2018

SOYEZ POETES !

  Soyez poètes en votre vie, voilà l'enseignement de Pyrrhon. Une telle proposition peut surprendre car elle n'est pas exprimée comme telle. Pourtant, à considérer sa pensée et sa vie, c'est bien cela qui se dégage comme une évidence. Poète, c'est celui qui agit selon sa complexion native, et non selon les normes de l'Autre. "Anomalia", non seulement dans les choses qui apparaissent dans l'irrégularité, hors logos, mais dans la vie aussi comme non-principe, errance créative. Diogène Laerce raconte comment Pyrrhon, se... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2018

IRREGULARITE et EMBROUILLAMINI : Enésidème

  Enésidème, philosophe pyrrhonien, écrit ceci, phrase faussement banale qu'il faut frotter et limer pour en faire paraître le lustre (DL,IX,78) : "Le discours (logos) pyrrhonien est donc une manière de faire mention (mnèmè) de ce qui apparaît, ou de ce qui s'est passé d'une façon ou d'une autre, mention dans laquelle tout est confronté à tout, et se révèle par cette comparaison comme rempli d'irrégularité (anomalia) et d'embroullamini (tarachè)". Faire mention : signaler ce qui apparaît, Montaigne dirait : tenir rôle ou... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2018

Du LIBRE et de l'ARBITRAIRE : Pyrrhon

  L'intérêt exceptionnel de la démarche pyrrhonienne est de nous libérer des représentations, d'où qu'elles viennent. Elle nous mène, par déconstructions successives, au point zéro : non-attachement, vide de pensée, vacuité. Mais l'expérience psychique nous enseigne qu'il est impossible de se maintenir durablement dans cet état, qu'il est impossible de ne pas penser, comme il l'est de ne pas respirer. La pensée est une production naturelle de l'esprit, qu'il est vain de contrarier. Mais il est possible de ne pas ruminer, de ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2018

MEDITATION sur la MORT de l'AUTRE

  Quoi de plus douloureux que d'apprendre la mort imminente d'un proche ? Peut-être la mort imminente, avec son cortège d'images funestes, est-elle pire que la mort elle-même. Quand c'est fait c'est fait, il n'y a plus rien à espérer, rien à dire. Mais l'imminence nous installe dans un entre-deux suspensif qui libère tous les émois, passions tristes de l'espoir impossible, du regret, de la nostalgie. Les souvenirs affluent en masse, c'est comme si le passé se déversait dans le présent, avec la sensation poignante de l'inaccompli... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2018

L'IDEE de la PHILOTHERAPIE

  La philothérapie, si elle existait, serait l'application de la philosophie au traitement des affections psychiques. On se demandera si une telle pratique est possible, et si elle peut être efficace L'idée d'une philothérapie est fort ancienne. Elle est exposée clairement dans la plupart des philosophies hellénistiques (kunisme, stoïcisme, épicurisme, pyrrhonisme) avec évidemment d'importantes variations. L'exposé le plus complet, le plus universel, le plus ambitieux, est l'oeuvre d'un certain Diogène d'Oenanda, disciple... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2018

De l'usage des PSYCHOTROPES

  Il est bien connu que la France détient le record de consommation de psychotropes. Voilà un fait sociologique intéressant. Je vois au moins trois explications possibles. Les Français sont plus malades que les autres. Les médecins prescrivent trop facilement ce type de médicaments. Ou alors les Français bénéficient d'une meilleure qualité de soins. Je laisse le lecteur choisir l'explication qui lui convient. La question de fond est plutôt : peut-on considérer cette classe de médicaments de la même manière que les autres ?... [Lire la suite]

29 octobre 2018

Le NU, le RIEN, le REEL : sérénité pyrrhonienne

  Je me suis efforcé de suivre la pensée de Pyrrhon jusqu'aux ultimes implications, car, profondément, cette démarche était devenue la mienne. Je m'aperçois qu'il est impossible d'aller plus loin si l'on ne veut pas ruiner l'entendement. Mais il faut dire que Pyrrhon ne s'attaque jamais à l'instinct vital, et qu'à tout prendre, si on y réfléchit sérieusement, il viserait plutôt à le libérer, rendant à chacun son droit fondamental à choisir selon ses convenances, débarrassé des opinions creuses et du poids de la tradition : si... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 octobre 2018

FRISSON du MATIN : fantaisie

  La nuit a tout emporté, tout balayé. Le matin me saisit, neuf, impromptu. C'est le miracle du matin, nouveau matin du monde... Philosopher c'est oublier le tout de hier, plutôt : accueillir le jour nouveau qui fait qu'il n'existe plus rien de hier. Se tenir à l'origine. Chaque matin c'est l'origine : à l'orée, aux rivages de la lumière. La sensation emporte tout : Héraklès aux écuries d'Augias. Il y a ceux qui veulent compiler, amasser, bâtir un système. De jour en jour, de nuit en nuit, ils comptabilisent. Ce sont les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 octobre 2018

Le DIRE et le DIT

  Dire c'est entrer dans la langue pour signifier une impression, une image mentale, une idée. Mesurons l'écart insondable qui sépare le vécu, l'imaginé, le pensé de son expression verbale. C'est un changement de plan - une métaphorisation - qui entraîne à la fois une déperdition et un gain. Déperdition du côté de l'impression dont la richesse, la nouveauté et l'intensité ne se peuvent dire correctement : les mots manquent toujours à faire sentir le senti. Et gain sur le versant de la communication : ce qui était purement... [Lire la suite]
24 octobre 2018

PARADOXE du DIRE

    Le matin quelquefois m'apporte ses chances et ses incertitudes. C'est presque plus que je n'en peux supporter. Un vide saisissant, comme si le vide avait émigré à la surface des choses. J'en suis presque tétanisé, comme figé dans la mutité. Je mesure combien les mots et tout l'arsenal de la pensée nous écartent de la sensation vraie : j'en titube presque. Est-il encore bien nécessaire d'écrire ? Je comprends mieux pourquoi Pyrrhon n'a rien écrit, ni Bouddha. Sans doute ont-ils voulu éviter de figer quoi que ce soit :... [Lire la suite]