10 septembre 2007

REEL-IMAGINAIRE-SYMBOLIQUE

REEL IMAGINAIRE SYMBOLIQUE REEL – IMAGINAIRE- SYMBOLIQUE La pensée classique distinguait simplement l’imaginaire et le réel, dans une opposition binaire un peu fruste. Ainsi Pascal, dans un texte célèbre, distingue-t-il le juge comme personnage impressionnant, tout puissant, dont la perruque est l’effigie, de l’homme réel qui n’est peut-être qu’un pauvre benêt arthritique et cacochyme, cocu de surcroît, et passablement édenté. Soit. Mais l’accusé ne voit que la toge et la perruque et se met à trembler de tous ses membres. On... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2007

Le Deux

J'ai de plus en plus tendance à penser qu'il faut partir du Deux pour comprendre quelque chose à la réalité et à la vie psychique. Dualité des pulsions chez Freud : Eros et Thanatos. Dualité du Yin et de Yang dans l'unité impensable du Tao, qui est la Voie, mais insaisissable en dehors de la lutte amie des contraires, et surtout dans Héraclite : nuit-jour ; sommeil-veille ; guerre-paix ; sec-humide ; chaud-froid ; été-hiver ; dieu-animal ; Apollon-Dionysos ; fatigue-énergie ; soleil-ombre ; droite-gauche ; devant-derrière ; bas-haut ;... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2007

ELOGE DU CAFE PHILO

ELOGE DU CAFE PHILO PRESENTATION Je donne ici un texte assez court que j'ai rédigé récemment, lorsque j'ai pris en charge l'animation du Café-Philo Saint Epvre à Nancy. Deux pleines années se sont écoulées depuis, et je pourrais bien sûr corriger ce texte à la lumière de tout ce que j'ai appris depuis lors. Mais tel qu'il est il me semble refléter assez fidèlement une certaine disposition d'esprit qui était alors la mienne, et qui n' a pas changé pour l'essentiel. Il est animé d'une sorte d'enthousiasme que je ne voudrais... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2007

Inconnaissance

inconnaissance.over-blog.org/   blog de pensée advaïta
Posté par GUY KARL à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2007

De la Nostalgie

Nostos : le retour. Algie : la douleur. Nostalgie c'est d'abord le mal du pays. "Heimweh" ou bien "Sehnsucht nach der Heimat". Douleur de celui qui est éloigné de l'objet d'amour, que ce soit un pays, une femme, un amant, un idéal chéri, une passion, une foi intense. Sensation de perte et de déperdition. "Un seul être me manque et tout est dépeuplé" (Lamartine). De celà la nostalgie s'apparente au deuil, à l'exil, à l'ostracisme, à la solitude, au délaissement, à la mélancolie enfin. Orphée pleure... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2007

De la Nostalgie (suite)

Pour aller plus loin je distinguerai plusieurs niveaux: 1) L'objet du manque est clairement identifié et nourrit la nostalgie: c'est la femme perdue, le pays lontain. Bien. Mais comme le demandait Freud, qu'est ce qui, dans cet objet si clairement défini, crée ce sentiment de déchirure, cette douleur, cette incapacité à faire un travail de deuil? Ici il faut appeler au secours les mystiques et les poètes. Les Gnostiques vivent ce monde présent comme une horrible contrefaçon de ce qui serait le monde véritable, l'oeuvre d'un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2007

De L'illusion fondamentale

L'illusion n'est pas l'erreur. L'erreur peut se corriger, par l'observation empirique, le raisonnement logique ou l'expérimentation scientifique. Il en va tout autrement de l'illusion, qui ne se corrige que difficilement, voire jamais, qui ne s'origine pas de la perception mais de l'imaginaire et qui à ce titre peut résister fort longtemps aux épreuves de la réalité. C'est la persistance du fantasme, aux souces de la construction illusionnante, qui semble le mieux expliquer cette incroyable plasticité, résistance, mobililité, ces... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2007

Sur la guérison

En réponse à "Charp", avec une Leffe à l'appui! Merci de cette interrogation passionnante sur le "guérir". D'aucuns diraient le "gai rire". Et de fait il faut tout ensemble et tous ensemble rire et philosopher. Plus sérieusement : je ne crois pas à la parfaite santé qui est un idéal trompeur, voire démagogique. Il reste toujours une part de souffrance  -ou de manque si l'on  veut - qui peut justifier un recours au médecin ou au prêtre, et surtout aux laboratoires pharmaceutiques! -  mais... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2007

PHILOTHERAPIE

Je voudrais ici faire un nouveau bilan avant de relancer la démarche interrogative. Je pense que nous avons  pu établir quelques fondements assurés que je vais rappeler. Avant toutes choses le corps et l'équilibre physiologique, ce que Epicure appelait l' aponie: absence de douleurs physiques. Nous disposons aujourd'hui d'un large spectre de médicaments qui permettent de traiter bien des maladies, et de soulager une grande part de la souffrance. Je ne vois aucune raison de cultiver la douleur, qui est avant tout un mal, même... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2007

Corrolaire à la proposition précédente

Lorsque se déclare une dépression la tendance narurelle et immédiate est de lui chercher une cause. Ce qui se présente à l'esprit ce sont bien sûr les événements récents qui ont exercé un effet dévastateur : perte d'un emploi, divorce, insécurité financière, conflits perdurants etc. Cela est relativement valable pour une dépression réactionnelle, telle que nous en vivons à peu près tous suite aux aléas de la vie. Mais en général cela ne dure pas. Après quelques semaines, si les circonstances sont favorables, l'élan vital reprend le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]