16 août 2013

De la MORALITE et des techniques de libération

      L'Octuple Chemin exprime l'essence de la conduite, de la parole et de la pensée justes. C'est un code de moralité, mais bien plus encore, parce qu'il fonde la moralité sur la juste pensée. S'il faut s'abstenir de la violence, du vol, du mensonge, des relations sexuelles illicites et des addictions, ce n'est pas par simple conformisme social, par ritualisme ou prudence, mais parce que ces conduites enchaînent au malheur et perpétuent la servitude. C'est la juste conception de l'existence, fondée sur le savoir... [Lire la suite]

15 août 2013

De la TRIPLE MISE en ROUTE du DHARMA

      Voici comment je comprends la Mise en Route du Dharma (Dharma : ce qui est, la loi du réel) Le premier mouvement décrit les racines du mal. Ce sont les Quatre Vérités Nobles de Bouddha. A savoir : l'existence de dukkha (l'insatisfaction) ; l'origine de dukkha : cupidité, haine et ignorance ; la cessation de dukkha (l'extinction de la soif, de la haine et de l'ignorance) ; le chemin qui mène à l'extinction de dukkha : le noble chemin octuple qui définit la pensée juste, la parole juste et l'action juste. Ces... [Lire la suite]
15 août 2013

EPITHALAME : tanka

                         Le chant du désir                    Dans les feuilles étonnées                    Renverse le monde                    Les branches vont à la terre                    Les racines dans le ciel.
Posté par GUY KARL à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2013

La PROMESSE et le DESENCHANTEMENT

      Schopenhauer : "Il n' y a qu'une erreur innée : c'est celle qui consiste à croire que nous existons pour être heureux". Forts de cette avertissement nous nous demanderons : que valent dès lors les recommandations des sages? Epicure nous invite à rechercher l'ataraxie, conçue comme suppression des troubles de l'âme. Pyrrhon nous enseigne l'adiaphorie, sérénité qui résulte de la fin des opinions et des croyances. Bouddha prône le non-attachement sensoriel et intellectuel. Sous diverses formes il s'agit toujours... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 août 2013

L' INSTANT et le KAIROS

  Pour que naisse l'instant, qu'il prospère et fleurisse, il ne suffit pas de découper un fragment du temps chronologique, modeste plage entre un avant et un après, il y faut la présence attentive d'un sujet qui s'y pose, s'y roule, s'y installe, s'y acoquine, qui le fasse sien dans une sorte d'étreinte recueillante. C'est ce que nous enseigne l'étymologie : instant, in-stans : qui se tient dedans. C'est par cette participation subjective, cet accueil, cette recollection, ce "legein" que l'instant se constitue comme tel, séparé... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
12 août 2013

La FORME et le VIDE : MISHIMA

    "(La forme) est en vérité le moule où se coule la vie fuyante et sans forme, en même temps que la fuite ailée de la vie sans forme est le moule où se coulent toutes les formes de ce monde". Dans cette phrase merveilleuse de Mishima, nous percevons l'écho de la plus haure sagesse d'Orient et d'Occident. Bouddha, Anaximandre, Héraclite et Antiphon ici se tiennent la main pour célébrer de concert l'ultime expression possible de l'insaisissable vérité. Le Mahayana bouddhiste déclare : La forme est le vide, le vide est la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juillet 2013

OMBRE : poème

           Elles marchent côte à côte, du même pas, vie et mort. Bien fol qui prétend se couper de son ombre!        
Posté par GUY KARL à 11:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 juillet 2013

ROBINSON : poème

      La saison poussait son calvaire.   Chaque soir, m'endormant, je jurais de ne plus jamais me réveiller. Mon rêve, de fureur, cognait la porte du néant.   La porte restait close.   Je finis par douter de ma rage. Je résolus d'attendre, les yeux rivés sur la mer imbécile.   Cela dura longtemps.   Un soir que je m'étendais, abruti de dégoût, sur ma grève de misère, je vis soudain que vivre et mourir ne font qu'un, tissu de même étoffe. De ce noeud indéchirable je fis mon diadème. ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 juillet 2013

De la DISSOLUTION du SUJET : Freud et Antiphon

      Freud n' a pas thématisé la jouissance. Mais on peut estimer que la problématique est abordée indirectement. Alors qu'il pensait avoir dégagé, dans le principe  de plaisir-déplaisir, ce qui fonde l'organisation de la vie psychique, il découvre une nouvelle énigme : le sujet humain semble mettre une grande part de son énergie à travailler contre son propre intérêt, répétant des comportements inadéquats, voire catastrophiques, lesquels contredisent avec évidence au principe de plaisir. Quelque chose... [Lire la suite]
12 juillet 2013

De la JOUISSANCE : psychologie et métaphysique

    "Il faut bien que la chair exulte" chantait Brel. Et de fait la jouissance est d'abord une expérience du corps. Il y a les jouissances d'organe, essentiellement autour des orifices. Mais la peau aussi est porteuse de jouissance. Encore faut-il distinguer plaisir et jouissance. Globalement le plaisir est vécu et règlé par le moi, selon la logique du principe de plaisir dans son rapport au principe de réalité : pas moins, pas plus que l'agréable, entre la souffrance du manque et l'excès de stimulation. La plaisir est une... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,