22 décembre 2017

ORIENTALES : POESIE 17

  ORIENTALES : POESIE 17      OMBRES MOUVANTES     Les ombres des feuilles Sur le sol ensoleillé Amoureusement Comme dans l'immense espace Dessinent des galaxies.   PS : le tanka est une forme poétique fixe que les Japonais ont pratiquée comme art classique séculaire. Il est entièrement formé d'éléments impairs : cinq vers dont la somme des syllabes est de 31 pieds, le premier vers de 5 pieds, le second sept, le troisième cinq, le quatrième sept ainsi que le dernier. Le vers impair... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 décembre 2017

La JOIE du TAO : HAN CHAN et LI T'AI PO

Ce qui est merveilleux dans le Taoïsme originel c'est la spontanéité et la liberté. On y respire l'air pur des cimes, on y boit la rosée matinale, on s'enchante de la brise dans les arbres, de la lumière qui joue en vibrant à la surface des eaux calmes. Rien de compassé, rien d'artificiel. Le sage a jeté aux orties ses costumes de cour, brûlé tous les livres. Libre comme le vent, échevelé, il chevauche la montagne vide, il danse dans les brumes, hurlant sa joie, confondu à l'ébriété de la nature universelle. Le taoïsme est d'abord un... [Lire la suite]
18 décembre 2017

FIN d' ANNEE : journal du 18 décembre

  On meurt beaucoup autour de moi, ces temps-ci. J'ai parfois l'impression de vaquer dans les allées d'un cimetière. Avec la sensation déplaisante que la frontière entre les deux états est plus poreuse, plus indécise que l'on pense. Qu'est ce qui, en dernière analyse, vous garantit que vous êtes bien vivant ? On dirait un de ces rêves tortueux et macabres où l'on va dans les profondeurs d'une galerie, où cela geint et soupire, on ne sait qui, tout près de vous, et peut-être bien au fond de vous. J'aimerais bien être joyeux,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 décembre 2017

HELLENIQUES - Poésie 16 - (1à3)

    HELLENIQUES - POESIE 16     ORPHEE   Si nous sommes tous morts en Eurydice C'est en Orphée que nous vivons enfin L'âme perdue en rose se métamorphose Et le désir se transmue en destin.     HERACLITE   On l'appelle Héraclite l'Obscur. Mais son obscurité a les tranchants étincelants de la lumière, entame nue, déchirante. L'obscurité n'est qu'un terme commode pour dissimuler notre faiblesse de regard. L'évidence est trop proche, aveuglante. Aussi préférons-nous d'habitude un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 décembre 2017

HELLENIQUES -Poésie 16 - (4 à 5)

  MARS et VENUS : LUCRECE   "Toi seul accordes aux mortels le bonheur de la paix Puisque le dieu des armes, maître des combats féroces Mars, vient souvent se réfugier en ton sein Vaincu par la blessure éternelle d'amour. Il y pose sa belle nuque, puis levant les yeux Avide, s'enivre d'amour à ta vue, ô Déesse Et ployé contre toi supend son souffle à tes lèvres. Lorsqu'il reposera, enlacé à ton corps sacré Fonds toi en son étreinte et tendrement exhale Pour les Romains, Grande Vénus, tes prières de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 décembre 2017

HELLENIQUES - Poésie 16 -(6 à fin)

               APOLLON   De tous les dieux Apollon c'est toi que je préfère Et Artémis ta soeur jumelle Chasseresse, enfanteresse Eternellement chaste et jusque dans l'amour Fidèle au jour qui t'enfanta! Je n'ai plus souvenir de tout ce que je sais J'ai tout oublié, effacé,  Je ne suis plus que ce regard ébloui qui se délivre Dans le regard immense, infiniment ouvert Multiple, excentrique du dieu Qui a nom Univers.   APOLLON (2)   Que se déchirent toutes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 décembre 2017

"PERIR par le DELAI" : Epicure et Pascal

  "Nous sommes nés une fois, il n'est pas possible de naître deux fois, et il faut n'être plus pour l'éternité ; toi, pourtant, qui n'es pas de demain, tu ajournes la joie (to chairon) : la vie périt par le délai, et chacun de nous meurt affairé". Epicure, Sentence vaticane, 14. Le délai : demain je vivrai mieux, quand je connaîtrai la retraite, quand je toucherai un pactole, quand je serai libre etc. Ou alors, quand je goûterai aux félicités de la vie éternelle. Ou si je peux, on ne sait jamais, me réincarner dans une... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2017

Sur un PONT d'ARAGON(1)

    Un modeste pont en Aragon, mais si joliment voûté, entre deux berges de rocailles et d’herbes sèches. Quelques arbres sous le soleil attendent le printemps. Tout est calme, comme suspendu entre deux saisons. Des oiseaux guillerets se chamaillent dans la broussaille.  Il y a je ne sais quoi d’irréel, de déplacé dans ce tableau, comme si le temps s’était arrêté, abandonnant sur ses rives ce monument d’un autre âge qui évoque de lointaines conquêtes, d’âpres luttes humaines contre les éléments hostiles, de pauvres... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2017

Sur un PONT d' ARAGON (2)

  Le même homme ne traverse pas le même pont. Le pont semble le même pour ma conscience, lorsqu'à nouveau je vaticine dans les parages d'Alquezar. Mais moi, suis-je bien le même? Je ne puis qu'évoquer, aujourd'hui, et à jamais, le beau nom d'Héraclite, songeant qu'à la fois, je suis et ne suis pas. Supposons un instant que je sois : mais, d'aventure, serais-je encore celui que je fus, hier, penché, pantelant, comme Atlas sous le poids du monde, et aujourd'hui, bras ouverts, mains ouvertes, vers le ciel criant, au sommet du pont,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:58 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 décembre 2017

ETRE ou ne pas ETRE : de la culpabilité

  Ni gémir, ni se moquer, mais tenter de comprendre. C'était la recommandation de Spinoza. J'ajouterai qu'il y a sans doute maintes choses ou affaires qui ne méritent pas même la considération, et qu'il faut éliminer, si l'on peut. Il y va de la santé psychique et de la santé tout court. Trop de choses déplaisantes exercent une action toxique, parfois directement, parfois à distance. D'autres sont d'une telle complexité qu'on n'en peut venir à bout. D'autres encore échappent totalement à notre pouvoir, alors même qu'elles nous... [Lire la suite]