13 mars 2018

Journal du 13 mars 2018

  Je m'inquiète quelquefois, je l'avoue, de ce que pourraient devenir mes écrits après ma mort. J'y attache peut-être une importance excessive, n'ayant pas, que je sache, révolutionné la philosophie par une idée géniale, ni renouvelé en profondeur l'art poétique. Oeuvre modeste et casanière, mais oeuvre quand même, dont je me représente mal qu'elle disparût sans laisser de traces. Mais, à y réfléchir de plus près, elle a surtout valu pour moi, dans la tension d'un esprit désireux d'atteindre à la clarté, et nul ne peut jurer... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 décembre 2017

FIN d' ANNEE : journal du 18 décembre

  On meurt beaucoup autour de moi, ces temps-ci. J'ai parfois l'impression de vaquer dans les allées d'un cimetière. Avec la sensation déplaisante que la frontière entre les deux états est plus poreuse, plus indécise que l'on pense. Qu'est ce qui, en dernière analyse, vous garantit que vous êtes bien vivant ? On dirait un de ces rêves tortueux et macabres où l'on va dans les profondeurs d'une galerie, où cela geint et soupire, on ne sait qui, tout près de vous, et peut-être bien au fond de vous. J'aimerais bien être joyeux,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 septembre 2017

SUSPENSION : fantaisie

  Après tant de semaines maussades l'été indien vient s'installer sur son trône d'or pâle. Les feuilles, encore bien vertes et fraîches, captent et renvoient la lumière, tout est calme, comme suspendu dans un temps arrêté. On aimerait que de telles journées durent toujours. Temps propice à la rêverie, à la poésie, à la fainéantise heureuse. Suspension de la pensée. La nature, dans sa prodigalité, suffit à tout, si le corps trouve de quoi se sustenter, si l'âme se détourne de ses tourmeànts pour s'ouvrir à l'immense. Un bonheur... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juillet 2017

Note sur "Le Chant des origines": 2

  Ce fut une étonnante expérience. J'en parle au passé, car il me semble que pour l'essentiel l'oeuvre est faite. Quatre semaines d'inspiration ininterrompue, c'est tellement extra-ordinaire, tellement rare, tellement gratifiant que je ne saurais assez célébrer la divine Muse. Pensez donc : se réveiller avec des idées plein la tête, écrire presque d'un jet tous les matins, être en gestation quasi permanente, que parfois cela en devient presque pénible ! Mais quoi, je ne me plaindrai pas : ce fut une fête, et maintenant que le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 juillet 2017

NOTE sur "Le Chant des Origines"

    Le livre avance. Commençant, je n'avais aucune idée claire de ce que je voulais dire. C'était une nécessité impérieuse, irrésistible. Rejetant toute critique, tout sujet de doute, je me suis jeté à l'eau, et depuis je nage, plutôt pas mal, à mon goût. Je refuse de considérer ce que cela peut valoir en terme de qualité littéraire ou philosophique. C'est tout simplement une exposition de ma sensibilité et de ma pensée, telles qu'elles m'apparaissent à moi-même. Il ne faut point trop se soucier du lecteur, tout au long de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 mai 2017

NIKITA KALOS : un blog d'art

    Après un temps de silence méditatif, retour attendu de  NIKITA KALOS, artiste inspirée, à découvrir sur son blog http://nikitakalos.canalblog.com/ De sublimes peintures agrémentées de textes poétiques, de contes et de rêveries.  
Posté par GUY KARL à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mai 2017

Le CHAUFFEUR CUISINIER CHINOIS : fantaisie

  Nous avons tous, il faut bien vivre, nos châteaux en Espagne. Et pourquoi en Espagne ? Qu'en pensent les Espagnols ? Il en va de l'Espagne comme du Pérou : c'est plus beau de loin. Ceux qui y vivent rêvent d'ailleurs. Il faudrait voir pour quelle raison on n'est jamais qu'à demi là où on est. Pour rire, de moi d'abord, et de ceux qui auraient pris pour argent comptant mes sornettes, j'ai volontiers déclaré que je rêvais, le jour où je serais riche, de m'offrir les services d'un chauffeur, fin cuisinier, chinois de surcroît.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 avril 2017

VOYAGE MENTAL : méditation

  Selon moi l'activité philosophique devrait tendre vers un terme : le telos, la fin autant que la finalité. Quand la finalité est atteinte la fin se présente d'elle-même. Or quelle est la finalité ? Certes pas le Savoir Absolu ni quelque principe transcendant et supra-humain. Montaigne dit qu'il fait faire l'homme dûment, conformément à sa nature d'humain. On ne saurait mieux dire, et toute autre fin relève de la fanfarinade. Cette fin s'éprouve dans un gain de sérénité. Certains problèmes sont résolus, et dès lors... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 avril 2017

VITA CONTEMPLATIVA : méditation

  Plaisir de printemps. Les feuilles du square ont poussé joliment, découpent le bleu du ciel qui vibre, comme irréel, ouvrant sur l'infini. Quelques rares passants passent. Tout est calme, c'est la vie tranquille d'une modeste ville du Sud. Depuis quelques jours je suis comme suspendu dans un temps arrêté. Après bien des agitations, cette bonace est la bien-venue. Il faut que j'apprenne à composer avec le calme. Je m'aperçois que c'est plus difficile qu'on ne pense. On croit que l'on ne vit que d'espérer, de désirer, de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 avril 2017

LA TOUR de MONTAIGNE : journal du 19 avril 2017

 Photos de Démocrite  J'ai eu la chance de visiter cette fin de semaine la tour de Montaigne. J'en rêvais depuis que j'avais découvert cet auteur exceptionnel en classe de seconde, que je n'ai jamais cessé de lire par bribes et tranches depuis lors. On ne peut imaginer Montaigne sans sa "librairie", elle est consubstantielle à son être, comme il dit lui-même. J'avais été fasciné par cet art du retrait, cette aptitude cultivée à se détourner, à se retrancher du monde, des affaires publiques et domestiques, pour "être tout à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,