25 avril 2017

VOYAGE MENTAL : méditation

  Selon moi l'activité philosophique devrait tendre vers un terme : le telos, la fin autant que la finalité. Quand la finalité est atteinte la fin se présente d'elle-même. Or quelle est la finalité ? Certes pas le Savoir Absolu ni quelque principe transcendant et supra-humain. Montaigne dit qu'il fait faire l'homme dûment, conformément à sa nature d'humain. On ne saurait mieux dire, et toute autre fin relève de la fanfarinade. Cette fin s'éprouve dans un gain de sérénité. Certains problèmes sont résolus, et dès lors... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 avril 2017

VITA CONTEMPLATIVA : méditation

  Plaisir de printemps. Les feuilles du square ont poussé joliment, découpent le bleu du ciel qui vibre, comme irréel, ouvrant sur l'infini. Quelques rares passants passent. Tout est calme, c'est la vie tranquille d'une modeste ville du Sud. Depuis quelques jours je suis comme suspendu dans un temps arrêté. Après bien des agitations, cette bonace est la bien-venue. Il faut que j'apprenne à composer avec le calme. Je m'aperçois que c'est plus difficile qu'on ne pense. On croit que l'on ne vit que d'espérer, de désirer, de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 avril 2017

LA TOUR de MONTAIGNE : journal du 19 avril 2017

 Photos de Démocrite  J'ai eu la chance de visiter cette fin de semaine la tour de Montaigne. J'en rêvais depuis que j'avais découvert cet auteur exceptionnel en classe de seconde, que je n'ai jamais cessé de lire par bribes et tranches depuis lors. On ne peut imaginer Montaigne sans sa "librairie", elle est consubstantielle à son être, comme il dit lui-même. J'avais été fasciné par cet art du retrait, cette aptitude cultivée à se détourner, à se retrancher du monde, des affaires publiques et domestiques, pour "être tout à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2017

"Je me suis cherché moi-même" - journal, 17 février 2017

  Tel qui lit rapidement les articles publiés sur ce blog pourrait penser que j'adhère intégralement aux idées que je développe ici ou là, me confondant avec ce que j'expose, kunique un jour, héraclitéen un autre, volant et voletant de thèse en thèse, jamais en place ni en assiette. Il n'en est rien. Simplement je mets toute ma vigueur intellectuelle à comprendre correctement les auteurs, à développer une sym-pathie, une affinité avec leur thymos et leur logos, à pénétrer en psychologue dans leur univers mental, autant qu'il est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 février 2017

CYCLOTHYMIE : journal du 15 février 2017

  La langue allemande dispose d'un mot évocateur, riche de promesses, pour qualifier les prémices du printemps, quelque chose comme "avant-printemps" (Vorfrühling). C'est la délicieuse sensation que nous offrent ces jours présents, après tant de rigueur hivernale. Comment ne pas sentir en soi-même la vie qui recommence, le désir qui se réveille, une sorte de confiance quasi enfantine en la possibilité de vivre, de goûter encore à la fontaine de jouvence ? Il est vrai que ces dernières semaines furent très éprouvantes, pour moi... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
25 janvier 2017

CHATEAUX de SABLE : fantaisie

  Voyageant dans le Péloponèse en direction d'Epidaure nous fîmes une petite halte dans une prairie verdoyante, à l'ombre d'un bosquet, comme aurait pu faire Oedipe dans son interminable pérégrination de prince déchu. Il y avait là quelques colonnes de marbre couchées dans l'herbe, des socles brisés, des pierres étalées au hasard, rien qui fût très remarquable : pourtant je n'ai pu oublier ce lieu, ni son nom, Médea, qui entre en résonance avec tant d'autres noms qui chantent dans ma mémoire. C'était très certainement une cité,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 décembre 2016

Du METIER d' ECRIRE : 19 dec 2016

  Vers les quinze ans je le savais de science sûre : je serais écrivain, plus précisément poète. Mais cela, ce n'est pas un métier, à moins de se louer à un éditeur par contrat et de vomir tel nombre de livres à la demande. Dans mon esprit un peu fou d'adolescent, un écrivain, un vrai, était d'abord un homme libre, dégagé de l'obligation, affranchi de tout lien familial, voyageant selon l'humeur, écrivant selon la nécessité intérieure. J'étais marqué par quelques exemples fameux, où je distinguais mal ce qui relevait de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 novembre 2016

De la DOULEUR sans OBJET

  Le vertige c'est l'effroi du bord, lequel divise l'espace en deux zones absolument hétérogènes. De ce côté-ci c'est la sécurité relative, le connu, le pensable ; on y est "comme dans un port" (Epicure) ; et de l'autre la grande mer tourbillonnaire, "mari magno", les affres et les tourmentes. Et dans certaines expériences plus poignantes encore, le vide, l'irreprésentable, le "chaos" sans bord ni bordure. Pascal s'effrayant de l'immensité insondable, "où le centre est partout et la circonférence nulle part". J'étais hier dans... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2016

Du VERTIGE : 29 novembre 2106

  Dans mes rêveries il m'arrive parfois de me retrouver au bord d'un précipice, ou d'une muraille qui donne vertigineusement sur le vide. A chaque fois je suis saisi d'effroi, je fais un brusque mouvement en arrière, très réel dans tout le corps, alors que je suis tout du long allongé sur un fauteuil. L'imagination, comme l'avais bien saisi Montaigne, suffit à glacer le sang, échauffer la bile, susciter les émois les plus saugrenus. Dans l'enfance, alors que j'adorais explorer les chateaux en ruine, les fouiller et retourner en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 novembre 2016

STIMULATIONS

  C'est un bien vilain vice que le tabac, d'autant qu'il s'incruste dans les replis intimes de la psyché, vous contraint à une humiliante répétition. Mais quoi ! connaissez-vous quelqu'un qui n'ait aucun vice, aucune addiction, ou toxique, ou érotique, ou comportementale ? La parfaite indépendance d'esprit, sans nul attachement, sans faiblesse coupable, relève du mythe, et la culture elle-même, dans la variété infinie de ses formes, ne va pas sans stimulants, excitants, usages dangereux, à croire que la vie, telle qu'elle est,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,