27 septembre 2019

L'ENIGME du JAILLISSEMENT : Héraclite

  Retour, encore, sur la sentence d'Héraclite : "nature aime à se cacher" : phusis kruptesthai philei. Je me demande s'il ne faudrait pas plutôt considérer le "kruptesthai" comme un mode passif : être caché". Phusis aime être cachée, ou, le mode propre de phusis c'est d'être cachée. Soit, en plus expressif : "Celé, le mode propre de la croissance" - ce n'est plus exactement une traduction, mais une tentative, dans les mots d'aujourd'hui, de faire parler une très ancienne intuition, dont la force est perdue dans la version... [Lire la suite]

26 septembre 2019

UN TROU SANS BORDS ?

  Le trou antérieur à ses bords : c'est peut-être la plus antique, la plus fondamentale intuition de la pensée grecque. En voici une double illustration. D'abord chez Hésiode : c'est du Khaos que procédent les éléments qui constituent le monde (la Nuit, la lumière, la terre, le ciel etc). Il est impossible de rendre adéquatement le Khaos grec, qui signifie originairement la béance, ici une béance absolue, primale, antérieure à toute forme sensible ou intelligible, proprement inconcevable - ou encore le vide originaire, "mère" de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25 septembre 2019

LUMIERE : poème

                                 LUMIERE                Lumière ! Ah que ne puis-je enfin              M'élançant par de là les barrières du monde              Au de là de l'espace et au de là du temps              Me dissoudre en poussière              Disséminé dans... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
24 septembre 2019

APOLOGIE du TROU

  Le trou, s'il est ouvert, est l'organe universel de la jouissance, par où se déversent les détritus, fragments de corps décortiqués, déchets et toxines, et par où pénètrent les effluves et les saveurs du monde. Tout passe par là, entre les bords béants, tactiles et sensitifs. Je dis : jouissance, entendant par là le flux, tous les flux qu'accompagnent les affects, qu'ils soient intenses, voluptueux, irritants, ou quasiment insensibles. C'est par le trou que nous sommes au monde. Question : un seul trou, ou mille trous ? Le... [Lire la suite]
23 septembre 2019

DES TYPES DE PHILOSOPHES

  Dans la galerie des types celui qui vient en premier, primus inter pares, c'est le poète. Homère génialement originaire, qui dessine souverainement un monde. Hésiode chante la naissance de l'univers et des dieux. Sappho, l'Aphrodite des muses, qui invente l'amour. Puis viennent les Tragiques, tout imprégnés encore de l'élément originel. Un nouveau type apparaît à l'aube du cinquième siècle, le poète-philosophe, qui combine deux inspirations contradictoires : la tradition homérique - on écrit volontiers en hexamètres... [Lire la suite]
20 septembre 2019

LE REVE du ZERO

  La plupart des rêves ont un contenu et un sens exclusivement personnels. Mais il arrive, c'est rare et d'autant plus intéressant, qu'ils présentent sous forme d'énigme, un enseignement de valeur universelle. Si le sujet veut bien s'y arrêter, et le méditer, il accède à un savoir nouveau qui transforme sa perception de l'existence. Après quelques péripéties dont je ne dirai rien ici, je vois sur une page imprimée, se détachant nettement, le mot "Existentialistes" - ou plutôt, m'apercevant que j'ai corrigé spontanément ce que... [Lire la suite]

18 septembre 2019

LE CONCERT DES BONNES NOUVELLES

  La nouvelle est tombée hier au soir, une parmi d'autres, dans le concert universel des mauvaises nouvelles : si notre mode de production, de consommation et d'échanges n'est pas rapidement révisé la planère se réchauffra de sept degrés d'ici la fin du siècle. Fichtre ! C'est l'effet Vénus que Hubert Reewes redoutait : la terre transformée en fournaise, et comme Vénus définitivement inhabitable. Il serait un peu débile de gémir et d'implorer les dieux : cette catastrophe annoncée est la conséquence implacable d'une option... [Lire la suite]
16 septembre 2019

RESTER VIVANT : journal du 16 septembre 2019

  S'il était possible au vieil homme que je suis d'invoquer la Moire, que dirais-je ? Je ne demanderais rien, sinon d'avoir un peu de temps, et de poursuivre dans les conditions où je suis, ne souhaitant ni fortune, ni aventure, rien de particulier si ce n'est de rester valide, l'esprit vif et gaillard, et rien de plus. Comme disait le poète:    Encore un peu de temps, ô Muses célestes,     Un peu de temps pour chanter la beauté,        Terre-et-ciel, et le sourire de la mer, ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 septembre 2019

DE LA VISION du TOUT : Anaximandre

  Tout est fait pour nous distraire, selon l'étymologie nous tirer de côté, hors de nous. Voilà qui arrange le commerce et l'industrie, les mouvements d'opinion, et l'Etat. Vivre hors de soi, à côté de soi, que voilà un joli programme ! Nous payons cher d'être membre d'une communauté, est-il bien nécessaire d'en rajouter ? Acquittons-nous de nos devoirs, mais sauvons la singularité. Par la pensée je suis chez moi, et par elle j'étends mon être aux dimensions de l'univers, et au delà, par de là tous les mondes possibles,... [Lire la suite]
12 septembre 2019

QU' EN EST-IL DU SUJET DANS LE REVE ?

  Dans le rêve où est le sujet ? Bien sûr on dira : le sujet c'est le rêveur, car enfin quand je rêve c'est moi, ce n'est pas mon voisin. Je dirai avec prudence : le rêveur est l'agent du rêve, c'est par lui que le rêve se fait. Drôle d'agent qui est agi autant qu'il agit, débordé de toutes parts par des impulsions, sensations, imaginations, hors contrôle, par un jeu d'apparitions immaîtrisables et fantasques. Si l'agent pouvait choisir que choisirait-il ? S'il existe un sujet du rêve il expérimente d'abord une forme de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,