SONATINES

 

                            I

 

                Il regarde tomber la pluie

                Le vieil homme sur le seuil

                Les pensées qui s'élèvent en son coeur

                Sont toutes de douceur

                Comme le mouvement des feuilles

                Sous la brise qui bruit.

 

                              II

 

                 Comme un secret inviolable

                 Le réel refermé sur lui-même

                 Fait prospérer la fable.

 

                                III

 

                  Il est passé libre et nu

                  De l'autre côté de la vie

                  Il a franchi le grand fleuve

                  Il a laissé sa dépouille aux vautours

                  Aux chiens rageurs et aux corbeaux,

                  Il n'aime, il ne déteste

                  Nulle chose en ce monde

                  Il est parti sans reste

                  Il ne reviendra plus.

 

                                    IV

 

                   Sous les orages du temps

                   Il se tient le vieil homme

                   Il ne frémit point

                   Il n'espère plus rien

                   Il se tient

 

                   Les jours passent comme des heures

                   Parfois il se souvient

                   Ce sont comme des bulles de savon

                   Qui miroitent un instant au soleil

                   Qui éclatent

                   Qui font rire les enfants

 

                    C'est la poésie très ordinaire

                    D'un vieil enfant souriant

                    Qui n'a cure du temps

 

                                   V

                   

                   "C'est fait" - c'est ainsi qu'il parle à son coeur

                   Qu'importent les saisons et qu'importent les heures,

                   Il est ici, il est ailleurs

                   Il est passé libre et nu

                   De l'autre côté de la vie.