31 mai 2019

De la PAROLE POETIQUE

  Ce qui différencie la poésie de la prose ne se ramène pas à une question de présentation, de mise en forme, ni même de rythme. On peut toujours versifier et rimer, cela ne fait pas encore un poème. Ni même de distinguer des thèmes réputés poétiques que par tradition on abandonne au poète, supposé en parler en connaisseur. Tout cela est secondaire, et ne permet pas de capter l'originalité de l'esprit poétique. En fait il faut chercher en amont, dans la disposition très particulière qui fait le poète : un rapport singulier à la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 mai 2019

Des DEGRES de l' ECRITURE : aphasie,poésie,discours

  Le degré zéro de l'écriture c'est le silence de la feuille blanche, qui, à son tour, se différencie entre le  mutisme et l'aphasie. Par mutisme il faut entendre la forme pathologique, où tout l'appareil du langage est pour ainsi dire bloqué dans la gorge. L'aphasie, qui lui ressemble de l'extérieur, est tout au contraire cette réserve de vacuité où se tient celui qui en sait trop pour dire, qualité pyrrhonienne par excellence. L'aphasique est au plus près du réel. Le degré un serait la poésie : c'est un subtil mélange de... [Lire la suite]
28 mai 2019

CHANSON de FEUILLE : poème imité de Leopardi

        - "Loin de ta propre branche, où vas-tu ?         Pauvre feuille si frêle, où donc vas-tu ?" -        - " Du chêne où je naquis, où je vécus         Le vent m'arrache et me promène         Des bois à la campagne         Des vallées à la montagne,         Toujours je vais vaticinant                Au gré du vent         Et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mai 2019

FLEURS du DESTIN : poème

    Il est tant de choses   A laisser, qu'elles tombent    D'elles-mêmes comme feuilles,   Ou qu'un génie indifférent,   Ou qu'un sort malveillant s'en empare et les jette   Au sol, les déchiquette,    Pauvres déchets de ce qui fut la vie. C'est le destin   Faste ou néfaste,   Qui nous travaille, nous tenaille   Nous saisit, nous transit   Jusqu'à l'incandescence,   Et quelquefois nous hisse jusqu'au faîte,   Duquel hagards nous retombons ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 mai 2019

LA VIE COMME RESISTANCE A LA MORT : Bichat

  Je voudrais interroger le mot fameux de Bichat : "La vie est l'ensemble des forces qui résistent à la mort". Cette formule prend le contrepied de la conception classique et commune qui définit la vie comme puissance d'expansion. On regarde l'enfant, et l'on s'émerveille de voir comment il grandit de jour en jour, développe des facultés nouvelles, et pour un peu on finirait par croire qu'il va se développer à l'infini. Mais la croissance s'arrête bientôt, et déjà commence un sourd et lent travail de décomposition, dont chacun... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
22 mai 2019

Leçon de l'ENIGME : la parole et le réel

  "Peu après il (Homère) arriva à Ios. Là, assis sur un rocher, il vit des pêcheurs s'approcher de la plage et leur demanda s'ils avaient pris quelque chose. Ceux-ci, comme ils n'avaient rien pris mais s'époulliaient, lui dirent, à cause du manque de poissons : "Ce que nous avons pris nous l'avons laissé, ce que nous n'avons pas pris nous le portons"...Homère, ne pouvant résoudre l'énigme, mourut de découragement". C'est là un topos classique de la littérature grecque. Héraclite lui aussi y fait référence pour souligner que "le... [Lire la suite]

21 mai 2019

LA BEAUTE, MASQUE DU REEL

  L'essence de l'esprit apollinien est de privilégier la beauté, de la célèbrer dans  le monde des corps, corps des astres, corps lumineux des dieux, corps nu de l'homme en majesté, corps de la femme drapée de tissus soyeux - il est remarquable que les Grecs exhibent le corps masculin et voilent pudiquement le corps féminin - en toute chose de magnifier la forme, la perfection du plein, et de dissimuler le vide, d'occulter la béance. Tout au plus va-t-on la suggérer. Ce caractère très prégnant de l'art antique a induit les... [Lire la suite]
20 mai 2019

THAUMAZEIN : DE QUOI S' ETONNER ?

  Par je ne sais quel caprice de mon inconscient, à deux fois depuis mon lever résonne en moi le mot "thaumazein" - s'étonner, admirer, s'émerveiller. Thauma c'est l'admiration, l'étonnement, mais aussi l'objet d'étonnement, voire le tour de passe-passe : quelque chose surgit qui dénote, qui s'exclut du régime ordinaire de la réalité, qui contredit les données ordinaires de la représentation, provoquant une sorte de saisie intellectuelle et émotive. S'étonner c'est surseoir, c'est marquer un coup d'arrêt, c'est se sentir... [Lire la suite]
17 mai 2019

Les ALEAS de l' ORDRE SYMBOLIQUE : Game of Thrones

  "Il faut se défendre de nos ennemis comme de la peste" dit la reine. "Et qui sont nos ennemis ?" demande le fils. "Tous ceux qui ne sont pas nous, sont nos ennemis".          Edifiant ! D'autant que l'on apprend par ailleurs que ce fils est le fruit de l'inceste entre la reine et son frère. Tout le récit qui va suivre égrène les variations de l'horreur, du carnage et du malheur. Comme dans les fortes tragédies grecques, un ratage originaire de la chaîne symbolique détermine le cycle fatal dont la... [Lire la suite]
10 mai 2019

MIROITER : de la lumière

  Il est en grec un verbe merveilleux, qui se réfracte, qui résonne comme du cristal : poikillein : représenter avec art, varier les couleurs, orner. Poikilos : brodé de couleur variées, changeant, miroitant. Sappho invoquant Aphrodite la dépeint "poikilothrôna" : au trône richement orné, miroitant. Je propose :       "Eternelle Aphrodite au trône miroitant" Considérant la nature du plaisir Epicure note qu'il ne peut excéder certaines limites déterminées par la physiologie et qu'il ne peut que varier -... [Lire la suite]