19 octobre 2018

De l' ERRANCE

  Errare humanum est : se tromper est humain, soit : l'erreur est humaine. Le verbe "errer" ne vient pas de errare mais de iterare, qui signifie cheminer - songeons à l'itinéraire. Iter c'est le chemin. Errer c'est aller, marcher, cheminer, puis dans un sens péjoratif, aller au hasard, de droite et de gauche, "vaguer" - terme remarquable hélas tombé en  désuétude, mais qui inspire encore le divaguer, vaguer à tort et à travers. Mais on peut entendre, sans forcer le trait, dans notre "errer" une lointaine consonance avec le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:34 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 octobre 2018

EXERCICE de VACUITE

    C'est ma pratique à moi, mon exercice spirituel - encore que ce terme de spirituel me semble surchargé de notations douteuses - de me déprendre par degrés de toute référence, de toute notion de sens, de valeur et de finalité, m'efforçant au dépouillement intégral, considérant la viduité du ciel, l'indifférérence du sort, la vanité de nos représentations, la non-signifiance universelle comme une donnée infrangible et définitive. Ce n'est pas facile, compte tenu de notre farouche besoin de croire, de notre tenace désir... [Lire la suite]
17 octobre 2018

L'ATELIER DE L' ECRIVAIN : journal du 17 octobre 2018

  Qui n'aimerait visiter l'atelier d'un Botticelli, d'un Vermeer ou d'un Matisse, du vivant de l'artiste bien sûr, le surprenant, tout barbouillé de couleurs au milieu de ses créations, avec peut-être, en prime, le spectacle d'une jeune personne dénudée posant pour la postérité...Chez le peintre on imagine volontiers quelque secret incommunicable, dont les toiles ne donneraient qu'un avant-goût, et qui, peut-être se révèlerait au détour, à qui saurait y voir. C'est l'avantage du peintre : il travaille sur image, il fait rêver... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 octobre 2018

De la MALADIE de l'AME : Diogène d'Oenanda

  "Voyant que la plupart des hommes sont malades de fausses opinions sur les choses et n'écoutent pas le corps, les plaintes importantes et justes qu'il porte contre l'âme, à savoir que, par elle il est tourmenté injustement, accablé et entraîné vers des choses non nécessaires....nous avons voulu venir au secours des hommes de bonne composition". Dans ce passage Diogène d'Oenanda nous livre un diagnostic médical : la maladie vient d'un enflure de l'âme lorsqu'elle se laisse aller à des aspirations infinies qui nous vouent à... [Lire la suite]
15 octobre 2018

A QUI S' ADRESSE UNE PHILOSOPHIE ?

  En théorie une philosophie s'adresse à tous les hommes, du moins si l'on considère que tous les hommes sont des êtres pensants, susceptibles d'évoluer vers la connaissance. C'est ainsi que Diogène d'Oenanda se propose "de venir au secours des hommes de bonne composition" en leur enseignant les remèdes contre la maladie de l'âme. Mais la formule même - des hommes de bonne composition - implique une réserve : elle établit une frontière entre ceux qui sont aptes à la guérison et les autres. Le critère thérapeutique vient... [Lire la suite]
12 octobre 2018

PYRRHON en INDE : un récit

  Alexandre, qui avait été formé par Aristote, manifestait une véritable curiosité philosophique. Il fut extrêmement saisi par le personnage de Diogène, dont la liberté de moeurs et de parole l'avait stupéfié : "Si je n'étais Alexandre j'aurais voulu être Diogène". Par la suite, tout au long du voyage qui le mena aux confins de l'Inde, il s'entoura d'une équique de philosophes, dont il consultait parfois les avis : Callisthène le neveu d'Aristote, Onésicrite, un disciple de Diogène, Anaxarque, et notre Pyrrhon, qui était encore... [Lire la suite]

11 octobre 2018

PYRRHON à ELIS

  La cité d'Elis, dans le nord-ouest du Péloponèse, était célèbre à double titre : elle avait la garde du site sanctuarisé d'Olympie qui accueillait tous les quatre ans les Jeux. Cette noble fontion lui assurait une sorte d'inviolabilité, fort appréciable en ces temps troublés où les Macédoniens dominaient la Grèce. Elis était également la seule ville qui possédât un temple en l'honneur d'Hadès : singularité de plus, si l'on songe qu'Hadès est le dieu des Enfers, le dieu "riche" (Pluton) qui recueille la foule intarissable des... [Lire la suite]
09 octobre 2018

Du TEMPS, et des APPARENCES

  Et il ne reste plus que le temps... A entendre dans les deux sens, le temps qu'il fait et le temps qui passe. C'est la variation infinie, l'écoulement et la transformation perpétuelle qui sont le temps. Nuages, foudre, orages, calme serein, tornades, vent et bourrasques, ça va, ça vient, ça passe, ça glisse, ça tourmente et apaise, ça tourne et se retourne, ça continue. Qu'est ce que le présent - si déjà au coeur du présent ça se transforme, que le présent déjà a glissé dans le passé, eaux du fleuve qui coule, et passe, et ne... [Lire la suite]
08 octobre 2018

IMPLICATIONS PYRRHONIENNES : un joli massacre !

  Je m'essaie à tirer toutes les implications, théoriques et pratiques, de la perspective pyrrhonienne, quitte à franchir quelques frontières : peut-être même mes élaborations vont-elles faire grincer des dents, arracher des hoquets - notammant à quelques traditionalistes, s'il s'avérait, le fait est improbable, qu'ils fréquentassent mes écrits ! L'idée qui m'est venue est si extravagante que j'hésite à la communiquer, mais enfin s'il n'y a pas de gêne il n'y a pas de plaisir. En fait cette idée nouvelle m'est venue au souvenir... [Lire la suite]
05 octobre 2018

Au DIABLE la METHODE ! : de l'ataraxie

  Le trait commun des philosophies hellénistiques est la recherche du souverain bien, posé comme "telos" : terme, but, fin dernière. Ce souverain bien est défini comme ataraxia, absence de troubles. Les méthodes proposées pour y parvenir divergent, mais la fin est la même. On pose en avant de soi un certain idéal de vie, une image de l'excellence, et l'on se met en route pour y parvenir. De la sorte on crée inévitablement une tension entre le présent (l'état actuel de la sensibilité et de la pensée) et le futur espéré. Cette... [Lire la suite]