Et il ne reste plus que le temps...

A entendre dans les deux sens, le temps qu'il fait et le temps qui passe. C'est la variation infinie, l'écoulement et la transformation perpétuelle qui sont le temps. Nuages, foudre, orages, calme serein, tornades, vent et bourrasques, ça va, ça vient, ça passe, ça glisse, ça tourmente et apaise, ça tourne et se retourne, ça continue. Qu'est ce que le présent - si déjà au coeur du présent ça se transforme, que le présent déjà a glissé dans le passé, eaux du fleuve qui coule, et passe, et ne cesse de couler...

S'il n'existe que des apparences ce qu'on appelle le temps est le mouvement des apparences, jaillissement, glissade, passage et continuation. Cela disparaît sans cesse et se génère sans cesse. Le présent qui toujours manque ne manque jamais. Sans début et sans fin.

Héraclite : "Le temps (aïon) est un enfant qui joue en déplaçant les pions : royauté d'un enfant".