31 août 2018

GELASSENHEIT : du laisser-être

  Il existe en allemand un mot qu'il est bien difficile de rendre en français, malheureusement, et qui possède une très riche signification : Gelassenheit, que l'on peut traduire par tranquillité, sérénité. Mais le terme, dans sa composition, implique l'idée d'un laisser (lassen), laisser loin de soi - soucis, préoccupations, passions - et surtout d'un se-laisser, d'un abandon confiant à quelque chose qui possède une suprême valeur. On encore d'un se-laisser aller, se-laisser être, ou vivre, selon sa complexion native et... [Lire la suite]

29 août 2018

PIEGE FATAL : méditation

    Une fois nés   C'est fichu, le piège s'est refermé   L'oubli avant, la mort devant     "Contemple ton visage d'avant la naissance" disent-ils   Mais ce visage n'est pas même un visage   C'est la surface plate et nue du néant     Néant derrière, néant devant   Entre les deux le mirage   Scintillant, douloureux,    Le jeu tragique de la vie.     Devant se dresse l'Imparable,   Alors les deux mâchoires de la tenaille   Se... [Lire la suite]
28 août 2018

En PAUVRES LIEUX : poème

    Ultime lieu   Où le corps défaille sur le seuil   Effaçant souvenirs de joie ardente   Quand le sexe et la vie confondus dans la flamme   S'élançaient à l'assaut du ciel   C'était belle parade, par Zeus !     Maintenant je croupis sur la terre   Seul mon esprit, rétif   Galoppe encor par les steppes arides   Sans pouvoir se poser nulle part   Et nulle auberge ne le peut recevoir   Et nulle source ne le désaltère;     Lassé des faux... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 août 2018

L'ECART : poème

      En moindre lieu    C'est Höldelin-poète qui le dit    Surgit cela que l'on n'attendait plus    Le perdu, le relégué, le nié    L'enfant de nulle descendance    Oblique, à l'ombre du chemin      Et qui n' a pas de nom encore      Nulle place dans la langue          La plupart ne le remarquent pas     Ils passent, obnubilés par leurs affaires,    A peine s'ils ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
25 août 2018

FLUX : méditation

          Nous croyons que nous sommes des corps     Stables comme des marbres - hélas     Nous ne sommes que des flux     Flux branchés sur d'autres flux     Flux de flux, milliards de flux     Ils coulent de toute éternité     Dans tous les sens à la fois     Nul ne sait d'où ils viennent, où ils vont      Mais ils vont       Inexorablement branchés, entremêlés,     Et tous ils vont... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 août 2018

REVER l' AMOUR

        Je rêvais l'amour...c'est comme au bord de la mer     Voir des corps nus ballottés par les vagues     Qui montent, qui descendent, et de droite et de gauche     Tournent, versent, tirent en tous sens     Sans jamais se rejoindre, déportés     Au gré d'une force plus forte,     Contrariante, et jamais     Ils ne goûtent au divin repos.     Ainsi va la vie,     Reliant et déchirant, de proche et de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 août 2018

REVE de CROCODILE : fantaisie

      Dans la fumée de ma pipe     Tout l'univers s'irréalise     Comme un rêve de crocodile       Depuis des millénaires     J'attends, tapi au fond du Nil     La gloire de l'Année Solaire         Je vois passer au fil de l'eau     Barges de bois et jarres d'huile     Pauvres raffiots rien de nouveau       Parfois un cadavre descend     Bouche cousue sur le néant      ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
13 août 2018

Des REPRESENTATIONS

  Un commentateur écrit: "L'esprit d'un homme baigne dans un nuage de représentations". Jolie formule, et très vraie. Question : toutes les représentations sont-elles équivalentes ? Oui, si l'on se place dans l'absolu, comme fait Pyrrhon par exemple, estimant qu'"il est bien difficile de dépouiller l'homme". Non, si l'on considère que certaines représentations sont destructrices, sources de maux sans nombre, et que  d'autres rendent la vie agréable et heureuse. Mais ce sont toujours encore des représentations. La varie... [Lire la suite]
07 août 2018

Des VISIONS PARADISIAQUES et INFERNALES - et du nirvânâ

  Je me méfie des visions, aussi bien des miennes que de tout autre. Ce sont des moments particuliers où se produisent de profonds remuements, que la conscience ne peut gérer, comme si tout l'édifice intellectuel était submergé, emporté par les vagues de l'inconscient. On croit voir mieux, plus profond, plus ample ; on croit que les choses se manifestent à nous dans une lumière plus vive, et parfois on croit soudain tout comprendre, comme si le film de la vie se déroulait dans la clarté et la totalité. Quant à moi je n'ai guère... [Lire la suite]
06 août 2018

Du REVE et du CAUCHEMAR

  J'ai relu avec intérêt, et un brin de nostalgie, deux chapîtres de "Ma vie" de Jung : "Confrontation avec l'inconscient", et "Visions". Je parle de nostalgie : voilà bien des années j'ai connu moi aussi certains élancements, certaines exaltations en décryptant mes rêves. Je croyais y trouver le nec plus ultra de la connaissance : au bout du chemin, je ne pouvais en douter,  je déboucherais infailliblement sur la révélation ultime, qui me livrerait le secret de mon existence, et de toute existence en général, la pierre... [Lire la suite]