Nous croyons que nous sommes des corps

    Stables comme des marbres - hélas

    Nous ne sommes que des flux

    Flux branchés sur d'autres flux

    Flux de flux, milliards de flux

    Ils coulent de toute éternité

    Dans tous les sens à la fois

    Nul ne sait d'où ils viennent, où ils vont 

    Mais ils vont  

    Inexorablement branchés, entremêlés,

    Et tous ils vont

    Inexorablement

     Sans cause, sans raison 

    Et sans destination

    Parfois un bout de flux s'effondre sur lui-même

    Comme un vieux cheval fatigué

    Mais le cours général n'en est pas affecté

    Portant cadavres comme fétus de paille

    Bien des choses étranges glissent au fil

    Tout cela ne signifie rien, ne veut rien

    C'est une éternité de bruit et de non sens

    Rien ne commence, rien ne finit, tout continue

 

    

    Ah que je flotte un long moment au fil de l'eau

              Léger, abandonné,

    Et là-bas, quelque part, au milieu des roseaux

    Je n'aie plus souvenir d'avoir jamais été !