"Nous oublions qu'à vrai dire tout est hasard dans notre vie, à commencer par celui qui nous a fait naître de la rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovule, hasard qui de ce fait n'est quand même pas sans rapport avec la loi et la nécessité de la nature, quitte à n'avoir aucun rapport avec nos désirs et nos illusions." (Freud, Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci, fragment de la conclusion).

Prélude possible à une méditation sur le rôle du hasard dans notre vie.

Pindare faisait de Tuchè (le hasard) la fille de Zeus Libérateur : tout n'est pas déterminé à l'avance et dès lors qu'il y a du jeu dans les rouages de la nécessité il y a aussi une place pour la variation, l'indétermination et l'invention.

Même idée chez Epicure qui estime qu'il y a, dans la pluie monotone des atomes dans le vide, pour l'atome lui-mêe, une certaine inclinaison, aléatoire et imprévisible, qui entraîne une dérivation minimale mais suffisante pour produire des chocs, des rencontres, des entrelacs, d'où naissent tous les corps. Sans cette inclinaison  rien ne se serait jamais produit de neuf, ni mondes, ni végétux, ni animaux, ni humains. Idée d'un hasard créateur, métaphysiquement indiscernable de la nature elle-même.