Que voilà une bonne nouvelle ! Les riches vont s'enrichir ! Prenez un honnète riche qui gagne un million, cette année il gagnera, c'est annoncé benoîtement au journal télé, deux et demi de plus, soit vingt deux mille euros supplémentaires. Le pauvre se contentera de zéro deux pour cent. Mais deux pour cent de un milion et zéro deux de mille cinq cent, cela ne fait pas la même échelle. Tout le monde ne peut pas jouer dans la cour des grands ! Outre le caractère scandaleux de ces chiffres - songez qu'une poignée de riches possède autant que la moitié de l'humanité - j'ai été scandalisé plus encore par la tonalité, froide, indifférente, faussement neutre, banale, dans laquelle on a délivré cete information, juste en passant, comme s'il ne s'agissait pas là d'une monstrueuse anomalie. 

Pourquoi l'incroyable richesse collective de nos pays développés si elle n'engendre que l'appauvrisseemnt des plus démunis ? Et que se passera-t-il demain quand l'élite disposera de tous les pouvoirs de la technologie avancée, et qu'elle mettra au rebut la moitié de la population jugée inapte, stérile, inutile au système de production ? Lisez "Homo Deus" de Harrari et vous pourrez en juger à la lumière des faits. 

Que le travail perde toute signification n'est pas nécessairement une catastrophe si les hommes peuvent librement exercer une activité choisie et gratifiante, et surtout si leurs conditions matérielles d'existence sont garanties. Hélas rien n'indique que nous allons dans ce sens, et pour le moment nous allons plutôt dans le sens inverse : concentration des capitaux, inégalité croissante, raréfaction du travail, chômage de masse, précarisation galoppante, incertitude du lendemain. Tout est fait pour concentrer la richesse et affaiblir les faibles. Vive le néolibéralisme !