NUIT des AGES

 

           

           Elle, la tant aimée la tant haïe

           Elle était le génie sacré de l'univers

           Qui de sa main négligente

           Versait comme des grains de blé

           D'innombrables étoiles

           Sur le champ noir de la terre.

           Et maintenant

           Morte, elle repose, et son corps

           Dans l'humus noir se décompose

           Et tout s'en va, tout s'en va

           Silencieusement

           Dans le grand cycle sans âge.

           Et moi je suis comme perdu

           Errant, perclus et nu,

           Un trou béant au creux de la poitrine

           Et le trou fait des trous

           Et les trous font des trous, mille trous,

           Mais reste-t-il hélas un peu de chair entre les trous

           Pour tenir l'assemblage ?

 

           C'est de la nuit que naissent les étoiles

           Quelque temps elles chantent à l'envi

           Cigales entêtées, et puis s'en vont

           Dans la profonde nuit.