19 septembre 2017

Du GRAND AUTRE : statut du symbolique

  "A moi aussi le Grand Autre me manque" aurait déclaré Lacan. Voilà qui nécessite un peu de réflexion. Quel est donc ce Grand Autre dont le défaut nous hante, peu ou prou, et quelles en sont les conséquences ? Je prends le cas de la justice, dont chacun peut mesurer la caractère imparfait, conventionel et contestable. Nul ne sait, et ne peut savoir de science sûre, si un tel est vraiment responsable de son acte, s'il est coupable et redevable, à supposer même que l'on puisse établir qu'il en est véritablement l'auteur. Mais il... [Lire la suite]

18 septembre 2017

De la MORT de MACBETH : l'absurde

  "Demain, puis demain, puis demain glisse à petits pas de jour en jour jusqu'à la dernière syllabe du registre du temps ; et tous nos hiers n'ont fait qu'éclairer pour des fous le chemin de la mort poudreuse. Eteins-toi, éteins-toi, court flambeau ! La vie n'est qu'un fantôme errant, un pauvre comédien qui se pavane et s'agite durant son heure sur la scène et qu'ensuite on n'entend plus ; c'est une histoire dite par un idiot, pleine de fracas et de furie, et qui ne signifie rien..." Pour Macbeth, victime consentante d'une... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
13 septembre 2017

SUSPENSION : fantaisie

  Après tant de semaines maussades l'été indien vient s'installer sur son trône d'or pâle. Les feuilles, encore bien vertes et fraîches, captent et renvoient la lumière, tout est calme, comme suspendu dans un temps arrêté. On aimerait que de telles journées durent toujours. Temps propice à la rêverie, à la poésie, à la fainéantise heureuse. Suspension de la pensée. La nature, dans sa prodigalité, suffit à tout, si le corps trouve de quoi se sustenter, si l'âme se détourne de ses tourmeànts pour s'ouvrir à l'immense. Un bonheur... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 septembre 2017

Du milieu : Montaigne

  "Nous n'avons aucune communication à l'être, parce que toute humaine nature est toujours au milieu entre le naître et le mourir, ne baillant de soi (ne donnant de soi) qu'une obscure apparence et ombre, et une incertaine et débile opinion"  - Montaigne, Apologie de Raymond Sebon.
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 septembre 2017

DE L' EXISTENCE : les deux registres

  Je vois deux manières de considérer l'existence, ou si l'on veut, selon deux registres qui ne s'excluent pas, qui peuvent se superposer.  La première, commune, naturelle, inévitable, c'est de situer l'existence personnelle dans le champ général de la socialité : dès l'enfance nous voici immergés dans le langage qui nous préexiste et qui va modeler notre perception et notre rapport aux autres, dans l'ordre symbolique dont nous apprenons jour apès jour la contrainte façonnante, dans un modus communautaire de sentir, de... [Lire la suite]
08 septembre 2017

De la SEDUCTION des IMAGES MENTALES

  Quelque chose change tout doucement, comme une légère brise qui emporte les images et voiles du passé. Ce n'est pas très net encore, c'est une musique en sourdine, mais enfin cela change.  Je me suis rendu récemment dans mon pays natal, poussé par je ne sais quelle exigence intérieure, fort ambiguë au demeurant, qui tantôt me pressait de m'y rendre au plus vite, et tantôt me faisait freiner des quatre fers. Peut-être avais-je vaguement conscience que cette équipée n'était pas sans danger. Qu'allais-je donc trouver en... [Lire la suite]

07 septembre 2017

De la LIBERTE de PENSER

  Selon un adage célèbre le Chinois est confucéen le matin, bouddhiste à midi, et taoïste le soir. On peut lire la chose dans l'ordre que l'on voudra. Et quelle nation réussit l'exploit de tenir un discours rigoureusement marxiste-léniniste tout en pratiquant gaillardement le capitalisme le plus effréné ? Hier la Chine était un pollueur hors pair, aujourd'hui elle se convertit brutalement à l'écologie. Nous nous étonnons à juste titre : comment est-il possible de tenir ensemble les positions les plus antagonistes sans en être... [Lire la suite]
06 septembre 2017

De la SOTTISE, et de la FOLIE

  L'intelligence c'est la capacité de lier, de recueillir, ce que décline le verbe "legere", amasser, recueillir, mais aussi lire. Cueillir entre, lire entre, et lier ensemble. Capacité d'ouverture à la variété, à la diversité, à la multiplicité, capacité de créer des rapports entre des termes apparemment lointains et sans rapport. De ce point de vue l'intelligence serait le contraire parfait de la sottise, qui consiste à s'enfermer opiniâtrement dans un point de vue unique et exclusif, esprit de système, fermeture et... [Lire la suite]
04 septembre 2017

SPIRITUALITE ou INTELLIGENCE ?

  J'hésite toujours à utliser le terme "spiritualité. Il charrie tant de représentations déplaisantes. Cela sent, quoi qu'on fasse pour s'en dégager, je ne sais quelle fragrance de pieuserie, de bondieuserie et de menterie qui laisse l'esprit déboussolé. On a beau se réclamer d'une laïcité décidée, d'un refus catégorique des dogmes, doctrines, effusions, rites de toutes les religions passées et présentes, le soupçon demeure : que voulez-vous instituer qui ne soit une reprise bâtarde des "spiritualités" anciennes ? En quoi ce... [Lire la suite]
01 septembre 2017

MEDITATION : "entrer dans son cercueil"

  Taisen Deshimaru, promoteur du Bouddhisme Soto en France, disait que "méditer c'est entrer dans son cercueil". La formule est un peu raide, mais elle ne manque ni d'allant ni de vérité. Il ne s'agit pas de faire le mort, ou de jouer au fantôme, mais de considérer les choses d'un point de vue très particulier, qui allie subtilement la vie et la mort, enfin reliées dans leur rapport essentiel. Précisons que les Orientaux considèrent la mort autrement que nous : non pas comme le terme final de l'existence, mais comme une doublure... [Lire la suite]