HERACLITE

 

   Les cornes du bouc,

   Deux en un,

   Dessinent la parfaite figure

   De l'arc et de la lyre,

   Vie-mort, indissolublement.

 

   Qui veut l'un se fait mordre par l'autre,

   Mais le dieu seul

   En son coeur généreux qui jamais ne flanche

   Nourrit tous les contraires,

   Les égalise dans le feu.

 

   Sur la brêche du temps

   Flanc déchiré

   J'ouvre les bras comme une amphore

   Passé-présent, hiver-été

   Unique instant d'éternité.

   

 

---

Pour prévenir toute erreur d'interprétation, je précise que ce texte n'est nullement une oeuvre d'Héraclite, mais un humble hommage à lui décerné par votre serviteur.