7

 

       Poète, où donc est ta mémoire ?

  

       Sur les charniers poussent des fleurs

        Nos souvenirs, et les pleurs de notre âme

       Arrosent doucement la terre,

      

       Et tout passe, tout passe, et même la souffrance,

       Mais il faut beaucoup de temps,

       Pour vivre de patience

 

 

                    8

 

 

       J’ai un trou dans la poitrine.

       Quand je me regarde dans le miroir je ne me reconnais pas. Ce que je vois ce n’est pas moi. Je vois une vieille chose toute étonnée, comme déchirée entre ce qui est et ce qui n’est pas.

       Deux moments vides, qui ne se rejoignent pas.

     Les choses ne sont pas à leur place. Les mots ne disent pas les choses. Tout passé dégorgé, tout avenir déqualifié. Le temps n’est plus que temps.

  

 

                         9

  

 

       Tout coule et glisse, et je suis là

       Je coule et je suis là

       Je n’y suis pas

       Je ne suis nulle part

       Pourtant je vis bien quelque part

       Dans un lieu qui n’existe pas

       Qui jamais n’exista.

  

 

                            10

  

 

        Jusqu’à l’extrême du plaisir  

        J’ai la pensée lucide et froide

        Acérée comme un couteau de chasse

        De l’inutilité

        De la précarité

        De la vanité, de la futilité

        De l’insondable inanité

        De l’incongruité de toute chose au monde

        Comme un rire qui me déchire

        Et me cadavérise.

  

 

                      11

    

 

        Une sourde mélancolie

        Envers nocturne, trou noir, abîme,

        Je suis habité de la tragique évidence

        Que le bonheur est un rêve d’eunuque

         Le savoir un cache-misère

         L’amour un dé pipé 

         La beauté, grain de peau, un appeau ;

         Mais le plus étrange

         C’est qu’avec tout cela il est possible de vivre

         Et ni mieux ni plus mal

         Comme vivent les sansonnets

         Avec un petit quelque chose en plus

         Sel de mer, sel de larmes

         Poinçon d’acidité.

  

 

                           12

 

 

        Détrempée, vert-anglais

        Fouaillée de soleil

        Oasis de lumière liquide

        La prairie s’ouvre comme une amante.

        Un peuple de moineaux

        Bivouaque et chante.

        Hélas, aimer la vie facile

        Les gens légers, la musique, le vent dans les cheveux !

        Qu’est-ce donc qui m’arrache à la vie

        Me tire obscurément dans l’entre-deux

        D’un temps qui monte et qui descend

        Et se déchire et se reprend ?

 

 

                         13

  

           Ce que nous sommes un dieu le sait peut-être

         Mais nous, de notre maigre savoir

         Nous faisons des palais de cristal, quand l’orage

         Arrache la toiture et les murs, et nous jette

         Au tourbillon poussiéreux des hasards.

                         

                         

                       14

 

  

          J’ai oublié ma langue maternelle

          Je suis né d’aujourd’hui

          Chaque matin je me réveille neuf,

          Et vierge, et disponible, et désireux,

          J’ouvre la porte au petit jour

          Je ne me souviens de rien

          Les mots me prennent par la main

          Je danse d’allégresse

          Je me ris du destin

  

 

                            15

 

         Je vois le monde dans la fumée de ma pipe

         Cela fait de belles volutes bleues et mordorées

         Il me semble que mon âme se colore de rose

         Les arbres de bleu clair

         Cela donne un petit air de Méditerranée

         Allègre, vif, matutinal

         J’hallucine les blanches voiles sur la mer ;

         Blanche et bleue, elle m’accueille, me sourit

         La patrie immortelle du cœur !