2

 

        Ingrate, fâcheuse vieillesse

        Qui de ses griffes d'hydre acerbe nous laboure !

        Si en petits morceaux le corps retourne à la poussière

        Puisse, d'élan viril, l'esprit qui piaffe et se rebiffe

        Tenir un temps le signe haut contre la mort

        Dire le vrai, l'impermanent, le nécessaire

        Avant de consentir à la rigueur du sort.

 

                               3

 

         La flèche de la vie court à la cible

         Manquer la mort est impossible

 

                                 4

 

J’abordais les eaux troubles de la quarantaine.

Ce jour-là, en marche vers le parc de la Pépinière, sans prévenir, ce fut un coup, un de ces coups qui vous hachent, un instant, si bref, une suspension, comme un hiatus dans la continuité du temps, éclair zébrant.

 

    Je me vis comme je ne m’étais jamais vu, mais était-ce encore moi, cette béance, pure béance, en négatif, comme un trou dans la rugosité de l’être.

        

                      

 

       En cet instant précis

       Je me vois très exactement

       Tel que je suis

 

        Tout nu

       Tout cru

       Sans fard, sans maquillage

       Sans miroir

       Sans image, ni de moi, ni d’un autre

       Sans nul qui me regarde ou admire ou désire

       Sans idée, sans désir, sans personne

       Sans passé ni futur,

       Sans rien. Il ne reste exactement

       - Plus rien.

 

       C’est une étrange chose

       Que de se surprendre soi-même en deçà du décor

       Coquille vide, absence inexprimable,

       Par où s’écoulent toutes les images,

       Ne reste alors

       Que la forme vide, la violence

       Du Temps.

       

         

 

                         5

 

         

 

          Rapidité

          Tout est dans la rapidité

          Quelques coups de crayon

          Et voici un arbre doré de fin d’été

          Un écureuil

          Un merle et sa merlesse,

          Rouges fleurs et buis d’ivoire

          L’éclat du jet d’eau coupant le ciel

          Des filles qui rient dans la lumière

 

 

                      Je me lave

                      Je me lave les yeux du coeur

                      Au ruisseau bleu du petit jour.

                    

 

                     

                             6

   

 

         Elle insiste, elle est chère

         Cette voix qui m’intime

         De chanter l’éphémère

  

 

        De chanter la splendeur

        La lumière égéenne

        l’ivresse et la couleur.

  

 

        Blanche la voile glisse

        La mer céruléenne

        Est l’épouse d’Ulysse.