CHANT DEUXIEME

 

 

                             1

                     

                  ODE AUX HEUREUX

     

     Qui dira la joie de vous connaître, Vous

     Poètes de la vie lumineuse, et Vous
     Penseurs d'abimes, plongeurs des îles mystérieuses
     Que seuls les plus hardis ont osé aborder.
     Qu'il est grand le plaisir de vous connaître, Vous
     Les grands initiateurs, de marcher
     Avec vous dans les sentes obscures, de chanter
     La lumière arrachée aux voiles de l'oubli, de poursuivre
     D'une infidèle fidélité
     Le combat de la vérité.
     La foule vous ignore, et le pouvoir vous hait.
     Les clergés de toute nature vous abominent.
     Les riches, les puissants se détournent.
     Seuls vous honorent et vous prisent tous ceux
     Dont le coeur généreux, l'esprit libre de crainte
     L'âme naïve et belle, insensible aux honneurs, à la montre,
     Cultivent la beauté selon l'esprit de vérité.

     Tel, insensible aux sommations du prince, quitte
     La cour et la ville pour un humble ermitage
     Dans la montagne vide.
     Il se nourrit d'herbe et de racines
     Boit la rosée du matin,
     Son esprit chevauche le vent et les cimes
     Le soir, tendant sa coupe vers le ciel
     Il dédie un poème à la lune.
     La lune et lui, leur image dans l'eau
     Dessinent la trinité divine
     Où s'absorbe et se résume tout l'univers.

     Tel autre, assis sur une brassée de feuilles
     Evoque ses existences antérieures :
     Jadis il fut humble bouvier, guerrier,
     Garçon et fille tout ensemble,
     Il parcourut le monde vaste du savoir
     Il a connu l'amour, le désespoir d'amour
     Il a vu que la soif, et l'aversion, et l'ignorance
     Faisaient tourner le monde dans leurs serres
     "Quittez ce monde, disait-il, cherchez en vous -même le vrai
     Soyez à vous même votre propre lampe".
     Quelques uns le suivirent, et lui, et eux,
     Avec la vérité pour guide
     Ont tracé le chemin de la délivrance.

     Tel autre, en son jardin
     Avec des amis chers, d'anciennes courtisanes,
     Cultive la sagesse d'amitié,
     Il compte des amis par milliers,
     En Attique, et dans les îles, et en Asie
     Son esprit souverain rayonne par le monde
     Jamais ne s'éteindra.

     Dans les siècles de barbarie
     On peut bien oublier ce qu'ils furent, les Heureux,
     Mais dans la cendre même couve le feu
     Qui soudain se rallume, et soudain brille par le monde,
     Et s'il ne sont qu'une poignée
     Ceux qui s'enflamment du feu pur
     Ce sont eux les meilleurs.