LE CHANT DES ORIGINES                         

 

                                                                                    Aux amis d'aujourd'hui et de demain

                                                                     Amants de la vérité

                          CHANT PREMIER

 

                                   1  

 

                             PROLOGUE

 

 

 

     O Muse, c'est toi souveraine qu'invoque le poète, ô Muse,

      Mais où es-tu, où donc es-tu ô Muse ? J'invoque en vain

      La douce musique de ton nom. Serais-tu donc

      Avec les anciens dieux descendue aux Enfers,

      Nous laissant seuls, sans voix, sans espérance,

      Tels des enfants abandonnés ? J'erre par les rues désertes

      Et le coeur me fait défaut, et ma pensée bredouille

      Comme des mots d'enfants dans les ténèbres.

      Mais quoi, il faut tenir jusqu'au coeur de l'absence,

      Persévérer, marcher dans la soif et la peur,

      Traverser le désert de l'âme, assumer la douleur

      D'être seul, ignoré, ignorant, jusqu'au puits d'abondance

      D'où couleront, parmi les fleurs, les vignes, les senteurs d'orangers,

      Ces paroles ailées, ces doux accents du poème,

      Que je compose pour toi, ami, dans les matinées claires

      Quand la lumière du jour brille dans le feuillage,

      Quand l'esprit régénéré embrasse toutes choses

      Et contemple, lucide et calme, la genèse du monde.

      Il ne faut rien attendre des dieux, mais l'esprit seul

      De sa solitude, lui-même, doit tirer l'abondance

      Et la musique, et la beauté, le rythme et la cadence

      Qui feront voir en toutes choses le vide et la beauté.

 

 

 

     Les feuilles doucement s'agitent sous la brise

      Un couple de pies jacasse dans le feuillage ;

      L'une s'agite et court de branche en branche, et l'autre

      La poursuit avec la diligence du désir, ainsi fait

      Tout ce qui vit de par le monde. Volupté

      Tu nous tiens, nous étreins, nous enlaces et nous jettes

      Hors de nous, nous propulsant vers la beauté de l'autre,

      Et nous fais espérer dans l'étreinte un bonheur sans mesure ;

      Ainsi se fait malgré nous, tout en nous, le grand jeu de la vie,

      Le cercle infernal et sublime, la roue du désir

      Et de la mort, s'éternisant, nous traversant, nous brûlant

      De sa flamme amère, irrépressible et délectable.

      Parfois je me lamente au spectacle, et parfois

      Je m'émerveille, complice, de ce jeu cruel, désespéré,

      Où chacun croit trouver ce qui lui manque, pour repartir

      Bredouille, et sot comme devant. Car le désir se joue

      De chacun, de chacune, et l'éveille, et l'agite

      De mille soubresauts, de faux espoirs, de vaines illusions

      Qui ne font que le jeu de l'espèce, et l'oeuvre faite,

      La nature aussitôt l'abandonne à la funeste mort.

      Nous ne vivons que pour passer. A peine nés

      Nous voici assez vieux pour mourir, et notre oeuvre

      Ne vaut que pour nos descendants. Ainsi

      Me détournant de l'immense théâtre,

      Je veux, ami très cher, consacrer ce peu de vie qui reste

      A composer mes chants mélodieux, non pour la gloire

      Incertaine et fragile, mais pour toi, et pour ceux

      Qui, loin de la foule et des désirs anxieux,

      Sauront, libres et justes, dans ces poèmes, voir

      Une image de la vérité. Rien qu'une image certes

      Qui couvre, ainsi que feuille agitée par la brise,

      Le fond obscur, indicible et térébrant

      D'où surgit toute vie, à quoi elle retourne

      Selon le Temps, dans les plis infrangibles de l'éternité.

 

 

 

    Toi qui espères le bonheur, comme font tous les hommes,

     Je te dirai en toutes choses la limite. Ce qui était,

     La douce enfance, le joli pré des premières amours,

     Le tendre visage de celle que tu as courtisée,

     Tout ce qui a glissé comme une eau entre tes doigts

     Jamais ne reviendra. Et ta vie elle-même

     Coule et roule dans les eaux toujours nouvelles

     Et s'emporte elle-même, et rien ne peut

     Tenir l'instant. S'il est pour l'homme une félicité

     C'est de nager dans le grand Fleuve

     Sans s'insurger, sans protester, sans ricaner

     Mais de vivre l'instant qui passe

     A chaque fois unique, et neuf, et vif, surgi des profondeurs,

     Comme une chance unique,

     Entre douleur et allégresse,

     De le porter à la plus haute puissance

     Où le hasard se fait nécessité.