Son pauvre secret

      Il le garde en son coeur

 

      Hagiographie de mille plaies

      Il compte au dieu du Temps les heures

 

      Toutes ses chaînes

      Il les enroule têtu autour du chêne

 

      Assis jambes croisées

      Il laisse s'épuiser les pensées

 

      Dans la soie des roseaux

      S'égayent égrillards des oiseaux

 

      Les heures cadencées

      Passent comme passent les pensées

 

      Le temps s'efface

      Se dissout lentement dans l'espace

 

      Le ciel

      Mire son front sans ride

     

      Ses yeux

      Mirent le ciel sans ride

 

      Est-il ici ou bien ailleurs ?

      Il est assis au milieu de son coeur.