Quand meurt le dieu

      De belle mort, ou qu'il succombe

      Aux quolibets de la foule, le deuil

      Etend son linceul blanc sur la terre,

      Mais l'esprit, épuré, concentré,

      Après la longue nuit se change

      Dans la marée muette des nuages

      Des saisons cavalières,

      Dans les ruées d'orage, à coups d'éclairs

      En figure insensible du Temps.

 

     C'est le ciel qui fait le temps

     La terre suit

     Entre les deux l'homme s'étonne

 

     A l'arrière

     Le dieu mort ferme la route

     Silencieux il fait signe :

     Ici commence le temps de l'homme

     Temps vide, espace vide

     Surface sans hauteur ni profondeur

     Immensément étale à l'infini

     Que rien n'arrête, où nul

     Abri, nulle anse de quiétude ne s'offre au voyageur

     Aller, il faut aller, d'heure en heure

     Avancer et ne jamais se retourner

     Et le sommeil lui-même

     Est encor une marche forcée dans le noir.

 

     C'est la loi du destin inexorable,

     Le temps qui va renverse ce qu'il a édifié

     Il ne donne rien qu'il ne reprenne

     Il dévore les enfants de son enfantement

     Il fait et défait les mondes

     Monstre et tyran, poète et assassin.

 

     Va mon âme, va comme va le monde

     Laisse toi porter dans la barque du temps

     Laisse couler les amours anciennes,

     Et sans espoir ni désespoir

     Confie ta barque à la mer et au vent !