Tout au fond

            L'obscur. Etang sauvage

            Où coassent les crapauds.

 

 

            Parfois cela gémit

            Et puis cela remonte

            Par bouffées

            Les fondations se mettent à branler

            Les murs craquent

            Cela tire à hue et à dia

            Chevaux emballés, affolés

            Je ne sais plus qui je suis.

 

            Ici

            Longue plaine déserte

            Battue de vent battue de pluie

            Plaine de pauvre vie.