Qui donc es-tu, noble frère du Rhin

     Toi Lumineux d'entre tous les poètes

     D'aval au long des fleuves laboureurs

     Déclinant de la source, de ville en ville,

     Et tel Bacchos plantant vignoble de vin pur,

     Toi l'errant, le sans patrie amant de sa patrie  

     Toi le sans père en attente du père,

     Qui donc es-tu ?

 

     Les dieux, les Lumineux

     Tu croyais leur parler dans le bocage,

     Couché dans l'herbe molle auprès de la rivière

     Tu écoutais le chant du charpentier, au loin,

     Les cloches, le murmure indistinct du village

     Et par dessus le vignoble

     Autour de la tourelle de brique où jouait le rayon du soir

     D'allègres hirondelles tournaient, tournaient

     Ton coeur tournait de même.

 

     Tu rêvais de pays bleus, de colonies ensoleillées

     D'hommes nus dans la vaste nature, de femmes

     Brunes, à l'embouchure des fleuves d'acier

     D'où partent les grands vaisseaux des Tropiques, d'un monde

     Plus ancien que tous les mondes, d'un monde qui fermente

     Sous les glaciers du temps, monde à venir, inénarrable

     Et foudroyant. Mais les temps du présent

     Aride terre de douleur ne portent plus de fruit

     Le feu du ciel a séché les sillons.

 

     Sans amour, dans la tour, solitaire 

     Tu tournes comme un animal blessé

     Tu as perdu le goût de vivre, mais les mots

     Se précipitent dans la bouche, se déversent en cascade

     Tu parles à hauts cris par la fenêtre,

     Le Neckar continue de couler sous la tour

     Le long des berges rougeoyantes, ton regard

     Va, et suit le cours, et va

     Le long des fleuves à l'embouchure

     Jusqu'à la mer fidèle qui les recueille

     Et les assemble enfin dans l'immense brassage

     Où toute forme se dissout dans l'indéterminé.

 

     Dorénavant le ciel est vide

     Espace immense, ouvert et silencieux,

      Quelquefois passent les nuages, l'orage 

     Eclate, on dirait la voix de Zeus-père,

     Les saisons vont et viennent, amicales, sereines,

     Le vieil homme a oublié son nom,

     Il signe ses poèmes aux saisons

     De patronymes baroques, Scandanelli, Buonarotti,

     Parfois il se souvient de son amour d'antan,

     La Grèce, son amour, se déchire dans sa poitrine,

     Il soupire, reprend sa marche, qui donc est-il

     Qui donc est-il celui qui souffre en moi,

     Que je ne connais pas ?

 

      Le Lumineux a rejoint le grand Marais

     La grande mer de l'origine, là d'où

     Des grands bateaux s'en vont en haute mer

     Où ils reviennent quelquefois sous le vent favorable

     Mais d'autres ne reviennent jamais

     Disloqués dans le fond de la mer.