J'ai rêvé que je parlais trois langues

             La première je l'ai oubliée

             La seconde me sert à parler

             La troisième il faudrait l'inventer

 

  Mais la plus belle c'est l'hellène

  Riche, souple, extrêment polie

  Corps de femme suave et jolie

  Irrésistible comme Hélène

  Qui séduisit Pâris

 

  Elle a des accents délicats

  Pour dire blessure d'amour

  Des vibratos de tessiture

  Pour cantatrice à l'opéra

  Viole de gambe viole d'amour

 

  Irène Papas est mon idole

  Plus que Carmen ou Sevilla

  Volontiers je donne l'obole

  Pour plonger dans cet enfer-là

  Où la passion tous nous affole

 

  Amour et mort, sombre mélange

  Le plus doux et le térébrant

  On fait le démon on fait l'ange

  Poison doré, philtre brûlant

  Vraiment je fais rêves étranges.

  

  Allons ! je dirai de courage 

  Le soc du temps qui nous ravine

  Rêves des hommes d'âge en âge

  Et le destin qui nous destine

  A laisser trace du passage

 

  Il faut aimer ce que nous sommes

  Ce peu de vie, ce trop d'envie

  Ce temps ladre qui nous consomme

  Et le douloir et la folie

  Qui font, pauvres de nous, des hommes.