L'IDOLE

 

    Il était une fois un jeune homme

    Qui chaque matin sur la plage

    Dansait au soleil tout nu comme

    Les libres dieux des anciens âges

 

    Toutes les filles dans leur somme

    Rêvaient du beau jeune homme nu

    Qui dansait sur la plage comme

    Les dieux des âges révolus.

 

    Mais un matin la plus fofolle

    Brûlée du plus cuisant désir

    Courut pour contempler l'idole

    Et dans ses bras le retenir

 

Hélas, quand elle tend ses bras éperdument

Ses bras, hélas, ne brassent que le vent.