Je rêve trop souvent de chutes dans le vide

              C'est angoissant, c'est affligeant,

              On dirait qu'il y a un monde derrière le monde

              Un monde inconnaissable et terrifiant

              

              J'aimerais mieux, si j'ai le choix, mourir en plein sommeil

              Glisser dans l'inconscience, tout doucement, tout mollement

              Tout embué de rêves,

              Et le regard mental fixé sur Aphrodite

              Au milieu des nuages

              Dans une main elle tient une torche allumée

              De l'autre elle fait signe

              On dirait qu'elle va me parler

 

              "N'attends rien de la mort, me dit elle

              La mort est silencieuse, comme la nuit

              Quand tout dort, c'est le sommeil

              Eternel de la terre. Et toi aussi tu dormiras

              Sans savoir que tu dors".

 

              Mort, nul ne sait qu'il est mort

              Son corps se décompose aux racines des roses

              Ou s'élève en fumée dans le ciel

              Un peu de cendre qu'on jette au gré du vent

              Son esprit quelque temps inpire les vivants

              Mais à la fin tout repose