Elle était toute délurée

       Bien qu'elle se souhaitât zen

       Et gomminée, peinturlurée

       Elle jouait du samisen

       D'une voix molle susurait

 

      Entre ses lèvres rouges brique

      Sa langue tantôt dessinait

      Une farandolle lubrique

      Et tantôt raide se dressait

      Serpentine et ithyphallique

 

      J'écoutais sa chanson morne

      Un long cigare entre les dents

      Rêvassais vague sous les ormes

      Enlacement et baillement

      Au fond d'une fumerie borgne

 

     Fut-elle  exquise, que m'importe

     Son fond de teint coule à foison

     Les joues s'affaissent, flasques, en sorte

     Que les couleurs hors de saison

     Paraissent comme feuilles mortes

 

     Je la regarde et je soupire

     Certes elle était belle d'antan

     Mais il n'est vraiment rien de pire

     Sous le soleil que le dur temps

     Qui nous fait naître et nous déchire