Je voulais aller à Kyoto

       Pour voir les amendiers

       Les cerisiers en fleur

       Les temples du Bouddha de la Miséricorde

       Pavillons d'or et de jade

       Les beaux jardins où bruissent les roseaux

       Et les geishas peinturlurées

       Beauté et volupté font plutôt bon ménage

       A qui se moque d'être sage

 

          Mais pour Kyoto il faut passer par Tokyo

          Par Toulouse et Paris

          Prendre taxi, train, et bus et autobus

          Changer d'avion

          Pousser valise

          Escalader les escaliers

          Se rompre le dos en tombant dans l'escalator

          Passer la fouille au guichet

          Jurer tous les dieux qu'on n'est pas terroriste

          Ni trafiquant, évangéliste ou méthodiste

          Et puis il y a la fatigue

          La terrible fatigue qui vous cloue au sol

          Vous fauche les jambes et l'entre-jambes

          Même le whisky que vous apporte en souriant la belle hôtesse

          Ne vous rend pas plus valide

          Il obscurcit plutôt ce qui vous reste de bon sens

          Vous somnolez en regardant vaguement par le hublot

          Les nuages qui s'étirent dans le ciel

          Et vous rêvez que vous tombez, tombez indéfiniment

          Votre corps se dissout dans la mer

          Et vous vous réveillez cotonneux et amer

 

   Merci ! J'ai passé l'âge de voyager

   Kyoto ce sera pour ma prochaine vie

   Si toutefois je parviens à me réincarner

   Mais il n'est pas sûr que je veuille me réincarner

   Un seul voyage, cela suffit !