Connaissez-vous de par le monde un seul quidam

            Qui ne se plaigne de son sort ?

 

    L'un se plaint de son père - autoritaire et grippe-sou

    Un autre de sa mère "qui ne l'aimait guère"  

    Qui choyait le puîné

    Qui l'a privé de lait valide à sa naissance

    Tel est né fatigué

    Portant tout le malheur du monde sur ses épaules

    Déjà las, déjà gras

    Qui grossissant et grassissant exhibe la douleur 

    D'exister

    De respirer

    Qui ne supporte pas ce que les autres ont fait de lui

    Le lot pourri que de funestes sorcières

    Ont déposé sur sa tête de lit

    Qui porte un nom qu'il n'a pas choisi

    Lequel le condamne à la chienlit

    Au mépris, à la calomnie,

    Triste héritage de générations entières de mal-lotis.

    D'autres ont hérité de tout, santé, beauté et compte en banque

    Les voilà qui se plaignent de manquer de manque

    Ils n'ont plus rien à faire, plus rien à désirer

    Les pauvres ! - pauvres-riches ou riches-pauvres !

   

    Riche ou pauvre, manant ou prince consort

            Chacun se plaint du sort

 

              Les dieux qui ont versé les lots

              N'ont souci de notre infortune

              Quoi que l'on dise on est bien sot

              Au hasard de tenir rancune

             

              Prince, sauve-nous des dévots !

              Tout un chacun, toute chacune

              Qu'ils cueillent la fleur opportune

              Qui fait la fortune du pot !