Auprès d'Aphroditè au trône d'or

     J'ai déposé mon bouquet de roses

     Qu'elles te soient agréables, ô déesse

     Et t'inspirent pitié pour mon amour !

 

     La belle Lydie aux yeux si bleus

     A volé mon coeur et le désir

     Me brûle, me consume, et je ne sais

     Si je vis ou si je meurs.

 

     Hélas, elle passe auprès de moi

     Sans me voir, sans un sourire

     Pour moi, et je voudrais

     Me jeter dans les flammes

 

     Que l'une d'elles au moins, vers elle

     Aille toucher son coeur, lui inspire 

     Désir, un tout petit désir

     Pour moi qui meurs d'amour !