LE SPHINX : sonnet à la mémoire de Stéphane M

             

               Enigmatique et doublement vierge le Sphinx

               Perdu dans la vapeur d'une éternelle aurore

               Fixe d'un oeil éteint que la lumière dore

               Cléopâtre dormant sur une peau de lynx

 

               Jadis tout étourdi de flûte et de syrinx

               Il somnola longtemps dans le creux d'une amphore

               Au réveil, près du dieu que le vain peuple adore

               Il rythma la syncope aux failles du larinx

 

               Poète que le chant soit ton premier amour

               Qu'il t'emmène au pays de l'éternel retour

               Sans redouter jamais rumeur et catastrophe

 

               Et tel le Sphinx aveugle au savoir insondable

               Qu'aux marges du désert, des sables innombrables

               Il entonne pour toi la gloire de la strophe !