Pour Guillaume A

 

      Amour amer, amer amour

      La rose penche sur sa tige

      Déjà elle incline au retour

      Le soir par les feuilles s'afflige

      La nuit dispose ses atours

 

      Echarpe noire à mon corsage

      Je suis la nuit des orphelins

      Quand la colère me ravage

      Je le déchire à pleines mains

      Ce sein blafard, ce sein de rage

 

      Et les étoiles dans ma tête

      Se mettent à vriller soudain

      Frère Guillaume, ô cher poète

      Allons vider cruche de vin

      Au diable les anachorètes

 

      Qui vivent d'herbe et de rosée

      Au bosquet de Mélancolie

      Allons mon frère il faut oser

      Tordre le cou à la chienlit

      Des pisse-triste se gausser

 

      Amour amer, amer amour

      Il n'est de plaisir que d'icelles

      Qui livrent aux vents leurs atours

      Au détour des grises venelles

      Amours perdues, pauvres amours