19 décembre 2016

Du METIER d' ECRIRE : 19 dec 2016

  Vers les quinze ans je le savais de science sûre : je serais écrivain, plus précisément poète. Mais cela, ce n'est pas un métier, à moins de se louer à un éditeur par contrat et de vomir tel nombre de livres à la demande. Dans mon esprit un peu fou d'adolescent, un écrivain, un vrai, était d'abord un homme libre, dégagé de l'obligation, affranchi de tout lien familial, voyageant selon l'humeur, écrivant selon la nécessité intérieure. J'étais marqué par quelques exemples fameux, où je distinguais mal ce qui relevait de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 décembre 2016

De la SCIENCE

  Le philosophe, ami de la science, de son esprit et de ses méthodes, ne peut pourtant se reposer sur ses résultats : ils sont trop incertains, mobiles et réversibles. Voici une nouvelle théorie qui révolutionne le savoir. Le lendemain elle est déclarée inepte, dépassée, controuvée. En particulier dans cette discipline si prestigieuse de l'astrophysique, admirable élancée de l'esprit dans l'immensité de l'univers, bouillonnement impressionnant de thèses, d'antithèses et d'hypothèses qui ravissent l'esprit, lui font espérer les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2016

De L' ECART et de la LIBERTE

  Diogène Laerce, IX, 2, 3 : " On lui demanda (à Héraclite) de faire office de législateur pour eux (les Ephésiens), mais il dédaigna l'offre, parce que la cité était déjà sous l'emprise de sa mauvaise constitution. S'étant retiré dans le temple d'Artémis, il jouait aux osselets avec les enfants ; les Ephésiens faisant cercle autour de lui, il leur dit : 'Pourquoi vous étonner, coquins ? Est-ce qu'il ne vaut pas mieux faire cela que de mener avec vous la vie de la cité ?" Pour finir il prit les hommes en haine et vécut à l'écart... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:37 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 décembre 2016

"Le SOLEIL a la GRANDEUR d' un PIED d' HOMME" : HERACLITE

  Heinz Wismann nous dit ceci : imaginez Héraclite couché tout du long dans l'herbe à révasser. Surgit un importun qui lui demande : "Quelle est la grandeur du soleil ?" C'est une question classique à l'époque et les savants rivalisent d'ingéniosité, multipliant les hypothèses théoriques. Héraclite se contente de relever la jambe, de dissimuler le soleil avec son pied, et de répondre :" Le soleil a la grandeur d'un pied d'homme". C'est évidemment une facétie. Héraclite aimait déjouer le sens des questions, se jouer du... [Lire la suite]
14 décembre 2016

Du DEUX et du MULTIPLE : Démocrite

Deux, cela peut s'entendre comme le second nombre de la série indéfinie des nombres (1,2,3,4 etc) - et nous voilà dans le multiple - o,u comme le second terme de la dyade métaphysique : bien et mal, attraction et répulsion, Eros et Thanatos, Dieu et diable, juste et injuste, masculin et féminin, etc Il ne suffit pas de dénoncer le sortilège de l'Un (voir l'article précécent) car nos métaphysiciens retors, concédant la nécessité du Deux, mettront tout en oeuvre pour inventer un principe supérieur, tirant de leur chapeau quelque... [Lire la suite]
13 décembre 2016

CONTRE le SORTILEGE de l'UN

  Mon adversaire philosophique personnel, celui que je combattrai jusqu'au dernier jour de ma vie, c'est le fétichisme de l'Un. De là viennent tous les maux du monde : Un dieu, Un Etat, Une Vérité, et tant qu'à faire, Un seul sexe, universel et omnipotent. Cela est bien ridicule, et contraire à la première observation venue qui n ous montre partout la diversité insommable, la contrariété, le multiple "ondoyant et divers" - en précisant que dans l'ancienne langue "divers" signifie moins la multiplicité pure que la contrariété :... [Lire la suite]
09 décembre 2016

Du CORPS DECALE : l'effondrement symbolique

  Je m'extraie péniblement du marasme de ces derniers jours, lequel m'a été à demi supportable à la faveur du dernier ouvrage d'Alain Badiou, non que je puisse le suivre dans ses ultimes recommandations politologiques, mais de ce qu'il ouvre de vraies perspectives en questionnant le statut de la jeunesse aujourd'hui. Il faudrait une longue analyse de ses thèses, mais je me bornerai ici à introduire une nouvelle catégorie à la suite des trois formes du corps contemporain qu'il repère : le corps perverti, le corps sacrifié et le... [Lire la suite]
05 décembre 2016

MODERNITE et MONSTUEUX

  "Quand nous partirons, nous aurons le sentiment d'avoir passé notre enfance dans l'Antiquité, nos années de maturité dans un Moyen-Age que l'on appelait la Modernité, et nos vieux jours dans une époque monstrueuse pour laquelle nous n'avons pas encore de nom". Peter Sloterdijk, dans "Les lignes et les jours". On ne saurait mieux dire. C'est sans aucun doute le sentiment des hommes et des femmes nés après la guerre, et qui ont depuis traversé le siècle à la vitesse d'un TGV planétaire, connu l'effarante obsolescence des modes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 décembre 2016

L'AMOUR des ELEMENTS

  Lors de l'une de nos réunions philosophiques et amicales l'animatrice nous demanda de dire à voix haute quel était notre élément de préférence. Depuis Empédocle chacun sait qu'en Occident nous comptons quatre éléments fondamentaux : la terre, l'eau, le feu et l'air. Mais qui sait que les Anciens y ajoutaient parfois l'éther, conçu comme élément invisible, le quint élément, dont plus tard on voudra tirer la quintessence ? Qui sait par ailleurs que cette classification n'a rien d'universel, et que les Chinois raisonnent bien... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,