"

"Là chaque jour s'épanouissent

Sous la sainte rosée, en grappes opulentes

Le narcisse, des deux déesses très augustes (i)

Antique diadème,

Et l'éclat doré du safran ; là, toujours vives,

D'un cours toujours égal, les sources du Céphise

S'épanchent, vagabondes ;

Et chaque jour les eaux pures pénètrent

L'ample sein de la plaine aussitôt fécondé.

Là se plaisent les Muses

Pour y danser en choeur, et là se plaît

Aphrodite menant  son char aux rênes d'or".

 

Sophocle, Oedipe à Colone, Choeur du second épisode, deuxième strophe.

(1) Démeter et Corè, sa fille