12 octobre 2016

ECOLE PRIMAIRE : une page d'enfance

  De l'école primaire je ne garde qu'un souvenir effrayé. Mademoiselle Stopp, la bien nommée, femme homasse, immense et autoritaire règnait sans partage sur notre équipe de bambins, distribuant selon l'humeur des bons points aux élèves attentifs, et de furieux horions aux cancres. Sa spécialité c'était de traîner le contrevenant aux pieds de l'estrade, de lui faire tendre le bras, réunir les extrémités des cinq doigts en corolle, et y asséner un solide coup de règle. Cela calmait le jeu pour plusieurs jours. A dire vrai, je ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2016

QUESTIONS : une page d'enfance

  Quel pouvait être l'état d'esprit d'une jeune femme de 23 ans, ma mère, qui enceinte de plusieurs mois, apprend la mort de son mari, et découvre que son enfant naîtra sans père ? Curieusement je ne me suis jamais posé cette question, car, dans mon égoïsme d'enfant, je ne voyais que ma propre souffrance sans songer à ce que ma mère devait avoir enduré, de se voir soudain privé de mari, et de soutien pour l'éducation de son fils. Il est vrai qu'elle trouva chez ses parents un appui inconditionnel, si bien que je grandis au... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 octobre 2016

De l'APPARENCE : le Siècle de Louis XIV

  Pour supporter les ardents assauts de son royal amant - Louis XIV avait une haleine de sanglier entretenue par une extraordinaire gloutonnerie, sans parler de l'absence totale d'hygiène corporelle - Madame de Montespan plaçait un mouchoir parfumé sur sa bouche ! Joli symbole d'une époque incroyable que nous appelons aujourd'hui encore le Grand Siècle. En toutes circonstances, joyeuses ou désastreuses, il faut sauver les apparences, comme l'atteste encore l'édification de la place Vendôme, d'une belle architecture classique,... [Lire la suite]
07 octobre 2016

PHILOSOPHIE et LITTERATURE face au REEL

    Frappé de stérilité, je me réfugie dans les lectures historiques, comme je fais d'habitude en ces cas-là. Ce n'est pas désagréable, tant s'en faut, mais peu satisfaisant, au total. Dans la lecture, quoi qu'on en dise, il y a une dimension passive qui finit par m'agacer, ce qui fait que je n'apprécie que les oeuvres courtes, qui vous saisissent d'un coup, et vous laissent pantelants au bord du chemin. C'est particulièrement vrai des oeuvres philosophiques, car une idée forte et vraie peut s'exprimer en peu de mots : le... [Lire la suite]
03 octobre 2016

Du VIDE, et de l'univers

  Pour nommer le vide Lucrèce utilise tantôt "vacuum" tantôt "inane". Et fait il s'agit de deux formes différentes : l'un n'est qu'un vide intersticiel, tel qu'il existe entre les corps, et à l'intérieur des corps eux-mêmes, dans un système ouvert-fermé, cosmos local, ou univers local (tel notre univers issu du big bang). Inane désigne un vide cosmique, immensité séparant des univers constitués ou en voie de constitution ou de décomposition. Différence de degré plutôt que de nature, car au bout du compte il s'agit toujours du... [Lire la suite]