30 octobre 2015

JOURNAL - 30 oct - rêves de feuilles

  Je ne lis plus guère de philosophie, une page deci delà, et de préférence d'un grand classique. Non que je dédaigne les modernes, mais souvent ils se complaisent trop à l'écume de l'actualité, collant aux humeurs et aux préjugés du temps. A vrai dire ils se comportent plutôt comme des intellectuels, au sens de Sartre, oubliant la véritable vocation du philosophe, qui est de se tenir aux parages tumultueux de l'originaire. C'est du moins ainsi que j'entends les choses, selon un principe de fidélité intangible à la philosophie... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 octobre 2015

JOURNAL- De l'enfance

  On dit parfois du vieillard qu'il retombe en enfance. Malgré mes soixante-dix ans je ne me sens pas "vieillard" - d'autant que ce terme est bien vilain avec sa terminaison en "ard", comme soulard, soudard, ou pendard. Vieux tout au plus, ou vieillissant, ce qui n'induit aucune notion dégradante. Un vin vieux est un vin de qualité qui dégage un bel arôme de fruits mûrs, de vignoble gorgé de soleil. Ma foi, la comparaison est flatteuse, et je me recommande volontiers d'une accointance solaire au culte de Dionysos, ce dieu des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 octobre 2015

JOURNAL 27 oct - langue maternelle

  Mon grand-père a changé plusieurs fois de nationalité. En 1871 l'Alsace fut rattachée au Reich après la défaite française, puis restituée à la France en 1918. Occupée par les Allemends en 1940, puis libérée en 1945. Mon grand-père apprit l'allemand à l'école, mais continua toute sa vie à parler l'alsacien. Comme tous ses contemporains il n'avait jamais connu l'école française. Ses enfants, par contre, avaient appris le français, savaient lire et écrire dans cette langue. Moi-même je fus éduqué dans l'alsacien, c'est en lui que... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
23 octobre 2015

JOURNAL 26 oct - jardins et bateaux

    Certains prénoms semblent revenir périodiquement, puis s'installer comme une référence constante, une sorte de double psychique, ou comme un génie des lieux, qui dès lors vous accompagne tout au long de la vie. Il en va ainsi de "Michel". J'ai connu bien des Michels, et, hasard ou nécessité, ils furent toujours plus ou moins aimés, respectés, admirés. Le premier de cette série fut incontestablement mon grand-père, homme sérieux, taciturne, voire taiseux, intègre, travailleur, entier dans ses sympathgies et ses... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 octobre 2015

JOURNAL - 22 oct -TRACES : Roussseau

  Rousseau aurait écrit : "Je suis né mourant". Voilà qui en dit long sur son idiosyncrasie, et confirme le diagnostic de mélancolie que certains bons jivaros de l'âme ont bien voulu lui décerner. Je n'en dirai pas autant pour moi, je ne dirai pas que je suis né mourant, mais animé de flamme vitale comme tout un chacun, avant que les choses ne se gâtent. Au demeurant nous naissons tous mourants, si nous considérons qu'en somme, venir au monde c'est se donner un ticket pour le trépas. "Sitôt né on est assez vieux pour mourir". ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
21 octobre 2015

JOURNAL - 21 oct -TRACES : cyclothymie

  J'ai exercé ma profession avec un relatif bonheur, et pour les élèves et pour moi, du moins si j'en crois la réputation honorable dont je jouissais tout au long de ces années. Mais j'étais sujet à de brusques variations d'humeur : un jour j'apparais souriant, détendu, plaisantant, débonnaire, encourageant ; le lendemain, sans raison apparente, me voilà courbé, les épaules affaissées, le visage creusé, la voix pâteuse, le débit hésitant, traînant misère et angoisse, bon pour la casse. C'est du moins l'image que je me fais, et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2015

JOURNAL - 20 oct - TRACES : amitiés

  Je ne sais trop quel est ce petit malin génie qui me fait mouliner ces images du passé, comme s'il ne suffisait pas de goûter et de cueillir le jour comme il vient. Ce n'est pourtant pas de la nostalgie, je ne voudrais nullement revenir en arrière et revivre ce que j'ai vécu. Ma vie ne présente aucun intérêt particulier, sauf pour moi, éventuellement, et encore...Tout n'y est pas négatif, loin de là. Il se trouve que certaines images font retour, et je ne vois aucune raison de les refuser. Laissons venir et voyons ce qui se... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
19 octobre 2015

JOURNAL 19 oct -- TRACES : cours et décours

    Une route en zigs-zags. En classe primaire j'étais nul, au collège assidu, au lycée plus que bon, en terminale calamiteux, à la Faculté médiocre. Pourtant je fus le seul de ma promotion à remporter, et du premier coup, le concours du CAPES, qui me propulsa dans la profession - trop tôt en un sens, car je ne pus dès lors préparer correctement l'agrégation, ni la décrocher. Entre temps je passai sans joie ma maîtrise. Les cours de l'université ne m'avaient guère enchanté, et pour l'essentiel je me fondais sur les bonnes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2015

JOURNAL 18 oct - TRACES : châteaux

                      "O saisons, ô chateaux                   Quelle âme est sans défauts ? - (Rimbaud)   Des fenêtres de mon internat on pouvait apercevoir, de l'autre côté de la vallée, au sommet d'une discrète montagne, le donjon du château de Pflixbourg. Ce que l'on sait insufisamment à mon gré c'est qu'entre Wissembourg au nord, et Ferrette au sud, le massif vosgien, du côté de l'Alsace, compte une centaine de châteaux... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 octobre 2015

JOURNAL - 12 oct - TRACES

  J'ouvre la boîte et les images s'envolent comme des papilons...Il me suffit de me rendre disponible, de me détendre, de me laisser respirer, de renoncer à penser. Car ces images qui surgissent, je ne les convoque pas, ne les force pas, elles viennent en toute gratuité et innocence, fraîches, sensibles, charnelles. Je n'ai nul projet littéraire, je ne fais pas de roman, pas même de récit autobiographique. Ce sont des aperçus sur le vif, de petits tableaux, des scénettes intimes. Je ne cherche pas à les ordonner, ni à les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]