31 mars 2015

OEDIPE à COLONE : destin et destination

  Après une longue errance, accompagné de la tendre sollicitude de sa fille Antigone, Oedipe se présente aux portes d'Athènes, destination finale, prescrite par Apollon, d'une existence contrastée, qui l'a fait basculer des mirages du pouvoir à la déréliction absolue. Il ne sait pas qu'il vient de transgresser l'interdit - une fois de plus - qui protège l'accès au bosquet voué aux Euménides, ces farouches déesses du destin : le peuple des citoyens du lieu menacent de l'expulser par la force, n'était la sage parole d'Antigone qui... [Lire la suite]

30 mars 2015

La PLEUREUSE et l' ACCOUCHEUSE : DELEUZE

  "Si je n'étais philosophe, j'aurais voulu être une pleureuse" déclare, je crois, Deleuze dans un entretien. Voilà qui surpendra le lecteur, familier des invectives de l'auteur contre les passions tristes, et de sa revendication passionnée pour un spinozime actif et affirmatif. Pourtant cette déclaration ouvre le champ à une méditation intéressante sur le fondement subjectif de l'acte philosophique, sur ce "pathos" inaugural qui, selon Platon, détermine l'entrée en philosophie. Remarquons que Epicure y souscrit à sa manière, en... [Lire la suite]
27 mars 2015

NOTE du 27 mars 2015

  J'avais décidé, voici trois mois, d'établir une édition complète des recueils de poésie, dont certains étaient plus ou moins publiés dans ce blog, et d'autres qui peuplaient la désolation de mes tiroirs. Non que ceux-ci fussent nécessairement mauvais et destinés à la poubelle, mais, pour diverses raisons, essentiellemnt personnelles, j'hésitais à leur donner droit de cité. Ma résolution de tout reprendre, de corriger, d'amender, d'aérer et de dynamiser, fut en somme courageuse et fructueuse, vu l'intérêt, modeste, mais réel,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mars 2015

La SAGESSE NUE

  Nos "sagesses" parlent trop, veulent en dire plus qu'il ne faudrait, imaginant ce qui fait défaut, et, comme dit Heine, "bouchant les trous de l'édifice unversel" - avec des constructions substitutives destinées à faire sens, pour des hommes assoifés de sens. D'où les conseils thérapeutiques, exhortations, mises en garde, prescriptions et consolations qui remplissent les manuels : "soutiens et abstiens-toi", "accorde ton esprit à la raison universelle", "régule les passions qui te détournent de la vraie vie ", etc, etc. Je ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2015

DE l' EVIDENCE : la nudité métaphysique

  A de très rares moments l'éclair de l'évidence déchire le ciel de nos imaginaires, et alors nous savons. Nous savons que tout ce qu'on nous a raconté sur le bien et le mal, le diable et le bon dieu, la liberté et la morale, tout cela disparaît instantanément, creusant un vide abyssal dans la conscience, entre effroi et jubilation. "Tout ça pour ça " - quoi ? - pour dissimuler le fait patent entre tous les faits : nous sommes seuls, nous le fûmes et le serons toujours. Tous les enveloppements culturels et affectifs, qui ne sont... [Lire la suite]
25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS - Poésie 15 (Ouverture, Livre un)

  REVES BLANCS-NOIRS : POESIE 15         OUVERTURE   Ma douleur, je la fais mienne, comme l’oiseau                   Garde avec douceur l’oisillon dans le nid De l’amour, pressentant dans le fragile Essor, le vol fier du poème.   Car la douleur, au cœur blanc de la solitude, Quand se déchire le voile d’Isis, arrache L’âme qui sommeille, et la mène Aux vallées de la nuit aimante   Où... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS - LIVRE DEUX - OISEAUX

      LIVRE DEUX : OISEAUX                        OISEAUX  : Petite suite  baroque pour clavecin, flûte et viole de gambe                         I  OUVERTURE (Solo de flûte, basse continue en clavecin)   C'est étrange! Je n'aime plus guère les voyages, les expéditions, même littéraires. Le déplacement... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS - LIVRE TROIS

    LIVRE TROIS – BEAUTE AMERE                       7   Le rayon de soleil que tu aimes Qui te fait respirer plus vaste par le monde Est le désir au fond de toi, vibrant et jouissant Et qui es toi, toi-même en vérité. Il t'accompagnera partout, ce double qui est toi Douce lumière intérieure et fidèle Il ne t'abandonnera jamais Et s'il faut bien mourir, un jour obscur La flamme en toi deviendra l'astre pur. ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS- LIVRE QUATRE

  LIVRE QUATRE - MATINALES                           28      PETITS POEMES MATUTINAUX               1   J'avais oublié le Grand Nord Les socs du froid qui vous labourent Les nuits interminables L'oeil du vortex qui paralyse.              2   Oublieux... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS- LIVRE CINQ

                 LIVRE CINQ- La MARCHE du DESTIN         38        LA MARCHE                   Non, tu n'as plus de demeure en ce bas monde                  Toi l'errant d'un seul jour aux plaines étales                      Tu vas, et sans savoir où, et sans pourquoi      ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,