LIVRE  DEUX

 

     

              I

 

 

      Perpétuellement vif et neuf

      Comme un furet rebondissant

      A demi orphelin, à demi veuf
      Il court au bois verdissant

 

      Il n’est d’aucune contrée connue
      Il n’est d’aucune secte ou ligue
      Il va son chemin sous la nue
      Par la ravine et la garrigue

   

     Il porte au cœur un joyau blanc
     Il n’a ni peur ni arrogance
     Par instant il chevauche le vent
     Folle sagesse, héroïque démence

   

     Il n’a cure de ce qui est
     Il ne s’accroche à nulle image
     Par l’enfer rouge et le ciel violet
     Il trace à mesure ce sillage

   

     Poème blanc qui disparaît.

        

   

               II

   

     Fraîcheur embuée du matin
     Tout entier je suis fondu
     Dans une goutte de rosée.

 

 

               III

 

     Ah me dissoudre enfin
     Sans reste
     Dans la lumière pulvérisée !

 

               IV

     

     Le soleil me regarde
     Je regarde le soleil
     Ah n’être plus que regard
     Un seul regard déqualifié !

 

               V

 

      Du fond sans fond
      Monte la voix chère qui n’est pas tue
      Ah que la vie est difficile !
      Douce neige, fleurs qui palpitent
      Présent, passé, n’êtes vous que d’hiver ?

 

  

                 VI 

 

      Je tombe, je tombe
      Icare sous les jets des soleils
      Etêté
      Ventre éclaté

 

      Je danse, je danse
      Dans le sans fond je danse
      Ni haut ni bas
      Sans bords ! Qu’ai-je besoin de bords
      Centre partout !
      Ecarquillé !
   

 

                    VII

 

        Ni plaisir ni douleur
        Cent mille fleurs, cent mille épines
        Un seul regard.

 

                   VIII

   

        Neige en été
        Tes larmes glissent sur ta joue
        Mais rien n’arrête la rivière
        Saisons des pluies
        Soleil d’hiver.

  

                   IX

   

        Méduse aux yeux d’opale
        Serpents ébouriffés
        Qui peut voir sans trembler
        La mort dans tous les corps ?

   

        Mais la joie, comme une aiguille d’or
        Fait sa ronde, sa roucoulante
        Sur le morne écrin du temps.

    

                   X

   

       Le chaos des pensées
       Un petit air de printemps ce matin
       Ah paresser au fil de l’eau !

    

                 XI

   

      Le présent ne manque jamais
      Le temps, mousse mouvante
      Ecume sobre
      Surface inentamable !

 

                 XII

   

      Au bord de la rivière d’est
      Je regarde l’eau passer
      Toujours la même en mille jours
      Toujours la même en un seul jour
      Les jours qui passent sans passer
      Les eaux qui coulent sans couler
      Je vois le vide en toute chose
      Le même en ses métamorphoses.
    
    

                XIII
   

       Suis-je, ne suis-je pas ? 
       Les feuilles caracolent
       Le cœur des arbres est plein de vent
   

                XIV

       Instant, soleil coupant
       Feuille, flèche fugace
       Désirs vibrants,
       Tout passe, rien ne passe

 

         
               XV

 

       Instant né-mort, instant mort-né
       Regard d’enfant qui ne cille pas
       Voit-il ?  Ne voit-il pas ?
       - Dans la rétine le Tout venant !

   

              XVI

   

        Les corbeaux se chamaillent et criaillent
        Le temps a déposé son manteau
        Le présent n’aura pas de fin.

  

 

               XVII

 

         Réduis distance, accepte
         L’indépassable lieu
         L’entre-deux
         L’éparse, la glissade

         

         Trop pesante la terre
         Trop loin les pics altiers
         Toi
         Marche impair
         - Et passe !

 

                XVIII

 

          Les choses nous offusquent
          Les pensées nous disloquent

   

          Retourne au centre pur, ô mon âme
          Laisse glisser le temps
          Laisse tout ce qui pèse

   

          Celui qui te déchire,
          L’éclair,
          Lui seul te combera !

  

                 XIX

   

           La langue est une mégapole
           Omnivore, sarcophage et putain
           Linceul mité d’étoiles
           J’y marcherai au-delà de ma mort !
      

 

                  XX
      

           Italiennes, italiennes
           Anses de corail
           Arcs-en-ciel, jetées bleues sur la mer
           Et vous, par dessus toute chose mortelle, ô voix
           Cascades roulantes roucoulantes
           Ah j’ai tant, tant de plaisir
           A goûter, à humer, à taster
           A voir, de tous mes yeux voir
           Vos voix qui montent de vous, vous traversent
           Se déversent
           Vêpres de nostalgie béatifique
           Voix lentes, voix montantes, hiératiques, sublimes
           Coupoles d’or d’un céleste Gloria !

 

                  XXI

 

           O voix, voix de ne sais d’où
           Charnellement vivante, caressante
           Voix sans visage
           Voix toute en moi, autour de moi
           Animal tendre au pelage de soie
           Tu dissous toutes les formes,
           Tu me déchires, et les tripes, et la peau !
           Dans l’effroi, ne reste que la faille !

 

  

                  XXII

 

           Dans l’entre-deux
           Ni ciel, ni enfer, seul,
           Poétiquement ouvert
           Dans ce corps qui crie, qui parle, qui chante
           J’habite en ermite solaire !

 

           Toute mémoire gommée

           Tout vouloir effacé

           Le matin s'ouvre sans mesure,

           Ah qu'il est doux de vivre en poète

           Dans la splendeur originaire