RESOLUTION

 

           

            Poésie, ô maîtresse indomptable et sévère

            Ai-je voué ma peine et l'effroi de mon coeur

            En vain à débusquer le signe tutélaire

            Qui livre l'impossible et comble mon ardeur?

 

            Le ciel est vide, et les dieux morts, et sur la terre  

            Les choses vont leur cours d'espoir et de rancoeur.

            Allons mon âme, il faut laisser le cimetière

            Aux cancrelats, le ciel aux oiseaux de malheur.

    

            Mais vivre, vivre enfin mille métamorphoses!

            Marcher par les prairies où perle le cristal,

            Rafraîchir mon corps nu à la source du val!

 

            Ah goûter les douceurs en tes lèvres encloses,

            Pianoter sur ta hanche un bel alexandrin,

            Et joindre la nuit douce aux roses du matin!