Nous glissons incertains sur le fleuve du temps

               Roulant de pierre en pierre

               Une vie morcelée, éclatée

               Que seul un dieu pourrait parfaire

 

               Mais les dieux sont bien morts

             

               Hélas, il ne suffit pas qu'ils soient morts

               Il faut les tuer une seconde fois

 

               J'étais triste, jadis, j'avais trop de peine

               Mais la peine s'en est allée

               Au fil des jours, au fil des nuits

 

              Ni bleu, ni rose, noir ou gris

              Le jour naît de la nuit insondable

              Et retourne à la paix de la nuit.