V

 

       Humble et discrète, lumière

       Ici

       Rayonne immensément

       Elle est au coeur de l'homme

       Qui d'avoir tout perdu

       Ouvre ses mains

       Et se recueille.

 

 

                   VI

 

 

       Dans la main

       Comme une épine plantée

       La vérité.

 

       Mais dans le coeur

       Comme une rose ouverte

       La beauté.

 

 

                      VII

 

 

       Mon corps est une barque bleue

       Qui glisse au fil

       Entre collines du ciel et marécages

       Au ras du Nil.

       Je n'ai point d'aube miraculeuse

       Point d'occident glorieux

       Je suis l'homme d'un seul voyage

       D'un seul regard entre deux cils.

 

 

                     VIII

 

      A la nuit

      Préfère le clair -

      Obscur, au jour

      Vorace la mi-teinte.

 

               La terre nourrit moustique

               Et ce que le ciel donne

               Aux enfers prolifère

 

      Dans l'entre-deux

      Cuivre cinabre et or

      Sueur et rouille, les vers

      Vivants mangent les morts

 

      L'ici tourne-toujours

      Ici vertige - amour et désamour.

 

 

                     IX

 

      Quand tu meurs

      Tout s'en va, tout demeure

      A cri

      A cicatrice

      Entre faille et rocher

      Vertical, fleur de sang

 

      - Rien qu'ici.

 

                      X

 

      Dès l'origine

      La mort - en corps

                Rebelle

                Le sourcer, le sourdre, le sourire

                Poussée native

                Et belle!