ARGUMENT

       Lassé de tous les bavardages je me tourne vers les étoiles. L'univers ne parle pas. Il rugit. Ses immenses rumeurs ne sont-elles que notre passion exorbitée vers le ciel?

       Je me retire en moi-même. Je scrute les abysses, assoiffé d'eau calme, épouvanté du bruit. Hélas n'est-il point de silence dans le monde, point de paix dans les coeurs?

       Il faut perséverer, sonder plus bas, sonder plus loin. Le bruit n'est qu'un effet, emballement des sphères.

       Viendra l'heure tranquille où le regard, sans trembler, s'extasie dans l'ouvert. Enfin le miroir se déchire, une autre terre offre ses jardins en fleurs.

                                                                     I

                                                                SILENCE                                                      

                            

C'est entendu

                             Je peux vivre sans chanter

                             Mais tellement plus mal

                             Long jour sans pain  ni vin

                             Amour sans amour

                             - Une agonie!

                            

            

                     Car le rythme authentique est en toi      

                     Rythme du coeur dans le sein de la mère

                     Rythme -marée 

                     Rythme-rupture et ligature 

                     Rythme -nature

                     Le silence est le blanc dans la phrase

                     Par où passe le vent de l'immense

                     Le vent du fond des âges

                     Qui charrie des milliards de pensées

                     Des images qui tourbillonnent

                     Des souvenirs qui se réveillent

                     La vie d'avant la vie où tu dormais déjà

                     Où tu baillais, tu vagissais, tu exultais

                     Le pouce dans la bouche tu contemplais la vitre

                     Et les grandes figures te faisaient signe

                     La forêt proche grondait

                     Le grand cerf mirifique et sauvage

                     Brâmait d'amour dans les branchages

                     Près de l'étang, dans l'herbe mouillée

                     Des pas d'enfant t'appelaient, un sourire

                     De fille, énigmatique, un peu triste

                     Déchirait la langueur du matin

                     Et déjà tu tremblais dans ton coeur

                     Et vague, et langoureux, insidieux

                     Le désir labourait la terre et libérait

                     Le Temps...

Ah le silence, plus que toute parole

Ouvre à la vraie parole

Celle qui attend longtemps

Et qui gémit dans ton sommeil

Pressé de naître à la lumière.