31 juillet 2010

HERACLITE, poète et penseur

Si vous vous intéressez à la philosophie grecque antique vous pourrez lire un article qui présente Héraclite dans son inspiration fondamentale dans : www.philoaletheia.canalblog.com En lien sur ce blog.
Posté par GUY KARL à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2010

NAISSANCE des SCIENCES de l'HUMAIN

Nous ne savons pas ce qu'est l'homme, ni l'humain en général. Entre  le rationnel et l'irrationnel, entre Logos et Khaos, entre le sublime et le monstrueux, toute définition vacille, exposant son indépassable caducité. A se demander si cette question n'est pas plombée dès l'origine par un impensable radical. Peut-être la seule manière d'avancer en ce bourbier est-il de remplacer la question traditionnelle sur l'essence humaine par une autre, d'allure spinozienne : "Savons-nous seulement ce que peut l'homme?" Nous... [Lire la suite]
20 juillet 2010

Le BLOG PHILOALETHEIA

J'ai le plaisir et l'honneur de signaler à mes lecteurs la naissance d'un nouveau blog de philosophie interactive : PHILO-ALETHEIA" fondé par un groupe de chercheurs palois, philosophes, scientifiques, artistes, historiens et géographes, dont l'ambition est de  se livrer sans complexe au plaisir de la recherche désintéressée, hors institution, hors cadres balisés, dans une totale liberté de pensée et d'expression. L'interdisciplinarité est voulue et assumée, pour enrichir le débat et se donner les meilleures chances... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 juillet 2010

Et le MIROIR se BRISA : A-PHILOSOPHIE

Voici  l'image : je regarde par la fenêtre, des feuilles vertes ourlées de gris clair, du bleu céruléen entre les feuilles, des troncs bruns tapissés de vert de gris, des pans de maison, des fenêtres, des carreaux, des trottoirs, et puis le bruit sourd de la ville que j'identifie immédiatement comme bourdonnement de voitures, un  tableau, en somme, familier, plaisant, méridional, chaleureux : c'est le monde qui est mien, comme une sorte d'excroissance colorée, de prolongement physique de mon être propre. C'est ce qu'on... [Lire la suite]
16 juillet 2010

Du SAVOIR de la MELANCOLIE : réel et signifiant

Dans les représentations artistiques de la mélancolie, comme dans la fameuse gravure de Dürer, le sujet est grave et solitaire, la tête légèrement inclinée, la joue posée sur la main gauche, le regard fixant un point précis, indéterminable pourtant, comme si un objet mystérieux, totalement invisible, concentrait toute son attention, en une sorte de rêverie douloureuse.  Très évidemment, les lois de la perception ordinaire sont ici ignorées : le spectateur sent à l'évidence que ce sujet est absent du monde, étranger aux choses et... [Lire la suite]
15 juillet 2010

Du REEL d' ABSENCE : le REEL dans la PASSION

Il faudrait se demander pourquoi il est si difficile de comprendre la mécanique des passions, d'où dérive une quasi impossibilité de les amender. Sans parler de ceux qui imaginent assez sottement pouvoir les réduire par l'intelligence. Il faut en faire son deuil : le noûs ne régente pas le thymos, la raison n'arraisonne pas la passion. Il est dans ces constructions, ces fixations passionnelles quelque chose qui défie l'entendement, et le bon sens même, et chez des personnes parfaitement saines par ailleurs, et en parfaite ... [Lire la suite]

14 juillet 2010

Du REEL d'ABSENCE

La sensation vraie, gracieusement, nous offre le réel de présence : le monde où nous sommes, où nous nous ébattons, où nous souffrons, où nous jouissons. A nous d'apprendre à jouir, à nous réjouir dans l'évidence des choses qui sont. Et la mort direz-vous? Mais où voyez-vous que nous rencontrons la mort? "Quand je suis la mort n'est pas, quand la mort est je ne suis plus". La mort c'est le rendez-vous toujours manqué. La mort est en quelque sorte le modèle de l'irréel, sa forme absolue. Le monde d'Epicure est un monde de la... [Lire la suite]
14 juillet 2010

Du REEL SENSITIF : EPICURE

Il est bien des manières d'aborder la question du réel, mais le seul accès authentique, plus que nos efforts de pensée, reste bien entendu l'expérience directe, qui ne se programme pas, et qui toujours nous bouleverse dans le confort de nos représentations. Le réel, c'est l'impréparable, le non-prédictible. En quoi il est bien l'opposé de l'imaginaire où tout un chacun se donne beau jeu de fôlatrer, d'anticiper satisfaction ou déboires, de construire des chateaux en Espagne, de lâcher la bride à la fantasia la plus débridée, hors... [Lire la suite]
13 juillet 2010

APPROCHES du REEL

J'aimerais ici faire sentir combien la phrase initiative de l'a-philosophie est problématique et difficile. " Placer le réel au principe de toute démarche de connaissance". L'obstacle tient d'abord à la formulation quasi anodine, en laquelle tout un chacun risque, abusivement et illusoirement,  de se  reconnaître. A moins d'être un psychotique délirant qui ne voit dans le "réel" une référence nécessaire à tout processus de connaissance? Principe de réalité, dirait Freud. Il existe "quelque... [Lire la suite]
12 juillet 2010

Les QUATRE DISCOURS

Posons ici de manière méthodique la structure fondamentale des quatre discours de connaissance : religion, science, philosophie et A-philosophie. Pour cela nous avons besoin de quatre concepts, qu'il faut faire glisser dans le rapport constitutif de leur stucture, soit : le sens, le savoir, la vérité et le réel. La religion met au principe de sa démarche le sens, qu'elle prétend saisir dans un savoir ( tradition, textes sacrés) qui fonde la vérité, une et universelle. De ce procès chute le réel, forclos dans un déni de principe. La... [Lire la suite]