25 juin 2008

SUJET OBJET ABJE(C)T

Le sujet : l'assujetti à, celui qui est placé sous une tutelle, que ce soit le Prince, l'Etat, Dieu, ou le langage comme Autre symbolique. Depuis Descartes on pense le sujet comme sujet de la pensée ( je pense donc je . suis), puis comme sujet de la parole (Kant établit la naissance du sujet comme avènement de la parole au "Je")et enfin, plus récemment avec Lacan, comme sujet de l'inconscient (Je pense où je ne suis pas). Toujours le terme de "sujet" se rapporte à la première personne du singulier, soit comme... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 juin 2008

De l' ABJECTION

Pourquoi ce que nous qualifions d'abject provoque-t-il en nous une irrépressible répulsion? Cela heurte évidemment notre conscience morale, à supposer que nous en ayons une. L'acharnement de trois ou quatre malfrats armés sur un pauvre gamin sans défense nous paraîtra abject. La torture pour le plaisir sadique, le détournement des aides aux sinistrés par des bandes maffieuses, l'organisation systématique de l'appauvrissement voire de la famine, les maltraitances et autres fléaux heurtent notre sensibilité frottée de morale, nos... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juin 2008

DE l' OBSCENE

L'obscène est un produit particulier de la mise en scène. Un décor, une salle de spectacle par exemple, ou un cabaret, une ambiance feutrée, en demi-teintes, claire-obscure, un plateau, une femme qui se déshabille lentement en musique, cela ne fait pas encore obscénité : c'est un sorte de raffinement de l'attente,un jeu subtil avec le désir de voir qu'on satisfait par degré pour le decevoir soudainement à la fin : c'est la mise en scène bien rodée, sans surprise, du spectacle de cabaret. L'obscène commence au delà d'un certain degré... [Lire la suite]
20 juin 2008

DE VITA CONTEMPLATIVA

Chaque âge a ses plaisirs. Moi qui fus, à une certaine époque, fort porté sur les exercices physiques et martiaux, engagé dans la vie familiale, professionnelle, voire politique, je me retire de plus en plus à l'ombre, sur la terrasse de mon appartement qui donne sur les arbres et les jardins, et, en pleine ville lorraine, je me sens citoyen d'une ancienne Athènes, comme Epicure, dans un retrait douillet et bienheureux. Tout serait parfait si je parvenais à me réformer davantage, à penser moins et à goûter davantage. J'ai l'âge où il... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 juin 2008

DE VITA CONTEMPLATIVA II

Passons résolument au plan philosophique. Et pour conmmencer, avec les Grecs, tous les Grecs, contester l'opposition facile entre vita activa et vita contemplativa. Aristote par exemple déclare que l'activité la plus haute et la plus noble, celle qui fait l'homme de qualité et le vrai philosophe, cest la "Theoria", terme difficile, que nous traduisons d'ordinaire par "contemplation". L'activité, l'authentique, pour un Grec bien né, c'est la contemplation! Peut-on imaginer opposition plus formelle entre les Grecs et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
20 juin 2008

DE VITA CONTEMPLATIVA III

Quelles sont les modalités de la contemplation philosophique? J'en distinguerai trois. L'intellection, la contemplation proprement dite et la méditation. L'intellection désignera ici l'activité de penser telle qu'elle est pratiquée par les philosophes depuis Démocrite c'est à dire la recherche de la définition exacte dans un champ de réalité clairement délimité, l'élaboration du concept en relation différentielle avec les concepts voisins, le travail dialectique, la classification, le développement discursif, la création in fine... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 juin 2008

ESSAIS PYRRHONNIENS

Je donne ici une petite suite philosophique consacrée à l'apologie de Pyrrhon, sage d'entre les sages, considéré dans l'Antiquité comme un homme remarquable à tous égards, puis vilipendé par la tradition universitaire qui se gausse des sceptiques en général, et de lui en particulier. Je voudrais simplement signaler que deux esprits de premier ordre, Montaigne, et à sa suite Pascal l'ont tout à fait compris, au point de se mesurer à lui, soit dans le sens de la continuité (Montaigne) soit de l'opposition inconditionnelle(Pascal).... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2008

APHASIE

Aphasie, non-parole. Ici je distinguerai l'aphasie du mutisme. Je considérerai le mutisme comme une conduite pathologique en réservant le terme d'apahasie, contre l'usage moderne, à une attitude philosophique délibérée, choisie, soigneusement définie. Seul Pyrrhon, que je sache, s'est prévalu de cette position extrême, alors même qu'il parlait d'abondance, à en croire son biographe, Diogène Laerce, quitte à parler tout seul si l'auditoire se dérobait. On l'imagine aisément discutant avec ses gorets avant de les emmener au marché pour... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2008

LA NON-DIFFERENCE

Voici le texte canonique sur lequel nous pouvons nous appuyer pour dégager pleinement la position philosophique de Pyrrhon: "Timon son disciple dit que celui qui veut être heureux a trois points à considérer : d'abord quelle est la nature des choses ; ensuite dans quelle disposition nous devons être à leur égard : enfin ce qui en résultera pour ceux qui sont dans cette disposition. Les choses, il les montre également in-différentes, im-mesurables, in-décidables. C'est pourquoi ni nos sensations, ni nos jugements, ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 juin 2008

QUIETUDE PYRRHONIENNE

Difficile de parler de la quiétude sans risquer d'innombrables contresens. Lorsque Pyrrhon déclare la quête terminée je ne pense qu'il faille en conclure que toute connaisance est devenue nocive. En particulier rien n'empêche la poursuite de l'exploration empirique (Pyrrhon en voyage à travers l'Asie) ni des expérimentations scientifiques (Euclide, Archimède) ou des observations médicales (Hippocrate). Il s'agit de bien distinguer les niveaux, comme nous l'enseigne traditionnellement la philosophie. Rien n'empêche l'exploration de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:15 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,